Gens qui se baladent

dimanche 6 novembre 2016

[TEST] Conan (Monolith Game) : Bombe ludique ou pétard mouillé ?

" Between the time when the oceans drank Atlantis and the rise of the sons of Aryas, there was an age undreamed of. And unto this, Conan, destined to wear the jeweled crown of Aquilonia upon a troubled brow. It is I, his chronicler, who alone can tell thee of his saga. Let me tell you of the days of high adventure!"

- Intro speech - Conan the Barbarian 1982

Ca y est, après un an d’attente, ou plutôt un an de retard par rapport à la date annoncée, j’ai reçu ce mois-ci comme (en principe) 16.037 autres contributeurs mon jeu CONAN de chez Monolith Game.





Pour ceux qui vivaient sur la lune ou dans l’Utah ces derniers mois, Conan est un jeu de plateau français, basé sur l’univers de R.Howard son créateur, et donc sur la vision de son auteur tel qu'il l’a décrit et imaginé et non basé sur une des multiples adaptations/transcriptions/remaniements que notre barbare aura pu subir à travers les films, dessins animés, comics et autres écrits.



Conan est un jeu dont le PnP était mis, dès le début, à disposition de tous pour pouvoir beta tester le jeu (PnP : Print n' Play : version cheap d'un jeu dont les éléments sont téléchargeables et imprimables pour pouvoir tester son fonctionnement).



Conan est un jeu qui a été soutenu par une grosse communauté française qui s’est formée autour du projet, un jeu porté aux nues un peu partout avant même qu’il ne soit physiquement entre nos mains, car ayant recueillis les échos favorables de tous les beta testeurs.



Conan est un jeu qui qui promettait beaucoup avant même d'arriver et qui s’est (malgré lui ?) annoncé comme la nouvelle bombe ludique depuis Zombicide.
Après une campagne de financement sur Kickstarter ayant donc réuni plus de 16.000 investisseurs, récolté plus de 3.300.000 $, généré 48.000 commentaires et saupoudrée de 175 actualisations et mises à jour de l’éditeur, Conan est donc enfin arrivé jusqu’à nous.



Alors qu’en est-il ? Le jeu est-il véritablement la tuerie ludique tant annoncée ? Le barbare va-t-il tout défoncer sur son passage, ou bien n'est-ce là encore qu'un excès de gonflette ?




Regardons tout d’abord de plus près ce que l’on nous propose :



Le jeu se présente sous la forme de deux grandes boîtes. L’une d’elle est la version standard du jeu, que vous trouverez à l’identique en boutique au prix d’environ 90€, l’autre contient tous les SG débloqués pendant la campagne, comme pour le jeu Dark Darkest Darker. Wow, pour le niveau d'investissement de base on en a pour son argent coté poids.

Ouverture de la boîte

Livre de règles, livre de l'Overlord, fiches des persos joueurs



Ci-dessous le détail du contenu éditeur :

  • 74 figurines finement détaillées en 32mm en plastique
  • 1 Livre de Skelos (tableau de bord en plastique de l'Overlord)
  • 25 socles de figurines de couleur
  • 9 six dés à 6 faces gravés (3 Yellow, 3 Orange, 3 Red)
  • 60 gemmes en plastique d'énergie
  • 4 feuilles de héros
  • 1 plateau compte tour
  • 43 tuiles de créatures
  • 55 cartes de sorts et d'équipement (1.65x2.48in / 42x63mm)
  • 2 plateaux de jeu double face 24x28in / 60x70cm (4 maps)
  • Plus de 80 pions divers (portes, coffres, villageois, divers...)
  • 1 livre de règle (8 scenarios)
  •  

Les plateaux sont pliés en quatre, recto-verso, avec de belles illustrations d’ambiance. On y trouve un village Picte, une taverne, un château, deux navires en plein abordage.
Les zones de placements sont asymétriques, mais toutes avec un repère visuel pour tirer des lignes droites pour le contrôle des lignes de vues. Les plateaux sont en carton épais et de bonne qualité. Toutefois, les illustrations ne sont pas toujours très aisées à décrypter. A trop vouloir faire réaliste on y perd en clarté parfois. Par exemple pour la carte du village des Pictes, il n’est pas aisément facile d’identifier où sont les entrées des huttes, où il y a des tentures et où il n’y en a pas….

Les deux plateaux de jeu R/V de la boîte de base




Les figurines sont nombreuses, en plastique gris (de tons différents pour dissocier visuellement les héros des ennemis). Leur finition de gravure est impeccable, même si le ton clair choisit pour les héros fait bien moins ressortir les détails des personnages. 








Les alliés, tout comme les héros, sont d'un ton plus clair ; disgracieux car ne faisant pas ressortir les détails et leur donnant une allure de moins bonne qualité



Les deux livres de règles sont en couleur et joliment présentés. La lecture des règles se fait rapidement et celles-ci semblent logiques et intuitives pour un initié, avec une mécanique bien pensée concernant la gestion des gemmes.

Le livre de règles de l’Overlord comprend lui, en sus des règles spécifique à ce dernier, les scénarios.





Les différentes fiches sont en carton très fin, avec de belles illustrations et une mise en page assez sobre, voire parfois austère (fond blanc).


La tablette de Skelos pour l'Overlord est en plastique rigide, avec des renfoncements pour pouvoir aisément inclure et enlever les éléments venant se loger dans ses niches.
Le reste (token, cartes, dés, ...) reste de bon aloi également. 

Les gemmes bleues pour les héros, les rouges pour l'Overlord

Les "fiches de persos" des ennemis

Carton épais mais qui semble se gondoler facilement. Attention à l'humidité.


La mécanique de jeu est assez simple :

Chaque personnage joueur dispose d’un pool de de gemmes représentant ses actions et points de vie. Lors de leur tour les joueurs se concertent et agissent comme ils l’entendent. Ainsi le joueur A peut enchainer quatre actions, le B deux, puis le A à nouveau quelques actions, et le C une ou deux…

Pour réaliser leurs actions, les joueurs affectent un certain nombre de gemmes pour pouvoir lancer plus ou moins de dés. Au tour suivant ces gemmes vont dans la réserve de fatigue et ne sont donc plus disponibles sauf à être récupérées par l'action récupération : deux gemmes par tour si le héros agit, cinq s’il se repose.
 

Il entre donc une dimension tactique dans la gestion de son pool et la coordination des actions des uns et des autres.


En vert la réserve de gemmes disponibles, en rouge la zone de fatigue, en rouge foncé la zone de blessures accueillant les gemmes définitivement perdues.



Pour l’overlord c’est un peu différent. Il dispose sur sa « tablette de Skelos » d’une rivière de tuiles représentant les différentes catégories d’ennemis. Il peut activer deux de ces tuiles en payant en gemmes un cout équivalent à la position de la tuile choisie dans la rivière. La tuile ainsi activée part en fin de file (son cout augmente donc immédiatement pour une éventuelle seconde utilisation) et ainsi de suite.

L’une de ces tuiles est celle des évènements, qui permet de déclencher un évènement précis prévu par le scénario ou bien d’appeler des renforts en faisant revenir en jeu des figurines d’ennemis tuées quand cela est possible.

La tablette de Skelos avec la rivière de tuiles



La lecture est rapide, la mécanique immédiatement assimilée, le matériel de très bonne facture, et cela donne une furieuse envie de mettre le tout en pratique.



Et c'est là que la bât blesse.....



Tout d'abord il faut bien prendre en compte que malgré le souffle épique dégagé tant par le thème que le matériel, Conan n'est pas un jeu au long cours. Chaque scénario est indépendant, il n'y a pas de mode campagne et donc pas d'évolution de votre personnage. On n'est donc pas dans un Descent/Assaut sur l'empire/Shadow of Brimstone mais plutôt dans une configuration genre Zombicide.



Le jeu est indiqué pour être joué de 2 à 5 joueurs. En réalité les scénarios sont prévus soit pour 4-5 joueurs, soit pour 4, soit pour 3, soit pour 2 ; mais pas pour toute configuration comme dans les scénarios de Zombicide (qui sont eux tous jouables que vous soyez 2 ou 6)

Si vous n'êtes que 2 ou 3 c'est très bien, vous pourrez faire tous les scénarios, les joueurs jouant les héros gérant plusieurs personnages. En revanche si vous comptiez sortir le jeu pour des configurations plus larges (donc 5 joueurs) vous devrez vous contenter des deux premiers scénarios de la boîte, le reste n'est pas pour vous. C'est un peu léger....

Le premier scénario (sans les règles spéciales et détails de mise en place)


Pas de problème, on va bidouiller un peu la chose me direz-vous. Hé bien ce ne sera pas si simple. En effet chaque scénario est très « scénarisé » et prévoit exactement lesquels des héros sont jouables (oui, on ne vous laisse même pas le choix) et avec quel équipement, selon quelle configuration, de même que pour l'Overlord.

Du coup, il vous faudra attendre de nouveaux scénarios de la part de l'éditeur, ou bien du fan made testé et récupérable sur Internet pour pouvoir exploiter votre jeu......

Imaginez-vous avec Zombicide entre les mains et seulement deux scénarios dans la boîte de base et rien d'autre, y a quand même de quoi avoir les boules.

J'ai choisi de ne disposer les ennemis sur le plateau que dès lors qu'ils seraient en ligne de vue des héros

De part ce caractère très scénarisé, la rejouabilité avec les mêmes personnes d'un même scénario me semble limitée à retenter la chose en inversant les rôles ou retenter sa chance si on a pas gagner la première fois. Mais pas plus, il n'y a pas assez d'aléatoire dans la mise en place, tout étant pré déterminé, contrairement à un Zombicide (aléas du tirage de cartes).




La tablette de Skelos de l'Overlord


La partie lancée on est de suite immergé dans l'ambiance, et c'en est jouissif.

Malheureusement l'ambiance retombe très vite. Car si la mécanique du jeu est vraiment très bonne et fonctionne à merveille, les règles sont en réalité inexistantes. Au premier tour vous passerez ainsi pas mal de temps à chercher dans les livrets la réponse à votre question sur l'utilisation ou la mise en place de telle ou telle chose, dès le second tour vous devrez mettre vous même en place des solutions, parce que vous n'aurez trouvé aucun élément de réponse dans les règles.



Par exemple :

  • Dans la mise en place du scénario, doit-on placer tous les ennemis visibles dès le début? Cela n'est pas précisé. Il semblerait que la réponse soit affirmative et je trouve cela débile. Le premier scénario fait mention d'une pénalité de mouvement à cause des tentures à l'entrée des huttes, c'est bien c'est fluff, mais par quelle magie les héros voient au travers des murs les ennemis présents dans ladite hutte ?
  • Dans le premier scénario, les héros doivent affronter et tuer un sorcier pour ensuite le décapiter et ramener sa tête. Ledit sorcier a une compétence de lanceur de sort, mais il ne vous est pas indiqué, ni de quels sorts il dispose, ni comment cela fonctionne. Là encore, la réponse semble être : pas de sort pour ce scénario. Sérieusement ? Le sorcier est là pour se faire démonter gentiment ? C'est un scénario d'initiation dit-on...et alors ? Qui dit scénario d'initiation dit que le joueur qui a le rôle de l'Overlord doit se contenter de regarder les héros massacrer ses troupes et se faire chier toute la partie ?
  • Les lignes de vues. On nous dit dans les règles qu'il faut tracer un trait entre les deux symboles des zones et que la droite ne pas traverser d'obstacles. Sauf que face au graphisme certes esthétique mais peu pratique des plateaux, doit on considérer que des branches bloquent la ligne de vue ? Un petit buisson ? Un poteau ? Alors que les figurines sont clairement face à face mais sur deux cases distinctes ? Aucun exemple n'est donné, rien n'est détaillé, rien n'est expliqué.
  • Comment gère-t-on les hommes d'armes qui accompagnent Belit ?
  • Couper la tête du sorcier prend-il une action ? Laquelle ? Est ce une manipulation simple ou complexe ?
  • Conan a une hache et un bouclier, or l'encombrement de la hache fait d'elle une arme à deux mains. Quid ?
  • Un héros peut-il récupérer (et donc ne faire aucune action pour se reposer) alors qu'il est sur la même case que plusieurs ennemis ?

    Le village Picte dans lequel se déroule le premier scénario

Les questions de ce type sont légions, vous vous en poserez à chaque tour, et vous ne trouverez aucune réponse dans les livrets.

Pour un jeu qui a été beta testé pendant manifestement deux ans auprès de plus de 500 personnes différentes, ce genre de lacunes et d'erreurs relève d'un incroyable amateurisme ou foutage de gueule.


Les héros dessoude assez rapidement le sorcier muet....
A la 6ème hutte fouillée, les héros trouvent enfin la princesse
Or, quand on dépense environ 90-100 € dans une boîte de jeu on est en droit, non pas d'espérer, mais d'exiger que la qualité soit au rendez-vous et le travail fourni à la hauteur.

La carte du monde fournie dans les SG, dans un style vieillot....ça me rappelle les JDR bon marché des années 80/90
 Alors certes les auteurs ont reconnus leurs erreurs en la matière et nous promettent un nouveau livre de règles, mieux fait (une FAQ géante serait aussi la bienvenue) pour dans pas longtemps-bientôt, qui sera disponible gratuitement en ligne et gratuitement en version physique pour les investisseurs. La démarche est louable mais tardive.

Mais Conan a quand même bien morflé entre temps
 Parlons des Stretch Goal. On a donc une grosse boîte avec quasiment tout autant de matériel que dans la boîte de jeu (heureusement qu'ils y ont rajouté des dés d'ailleurs, parce que même avec ceux offerts en SG il arrive d'en manquer - alors si vous n'avez que la boîte de base je vous dis pas....). 
La boîte contient un recueil de scénarios,.....tous pour 4 joueurs ! Donc une fois de plus si vous êtes 5 vous l'avez dans l'os.

Et toutes ces belles figurines ? Hé bien vous n'en ferez rien, que ce soit tous ces beaux ennemis ou cette douzaine de nouveaux héros, car aucun scénario ne les utilisant ne vous est fourni.


Ouverture de la boîte des SG


Plein de nouveaux personnages pour les héros


De nouveaux grands méchants, des dés en plus et des cartes de sorts et d'équipement

De nouvelles tuiles d'unités pour l'Overlord

Plein de nouveaux héros, de nouveaux ennemis, d'accessoires et d'alliés




Et de tout ça pour le moment vous ne pourrez rien en faire..........

Rhooooo les auteurs s'en excusent et promettent là encore de fournir ce qu'il faut pour Janvier 2017. Vu que le jeu a été livré avec un an de retard par rapport à la date prévu, même si ce genre de chose est fréquent en matière de KS, espérons que cela ne se produise pas sur les scénarios.

Et encore une fois, le caractère très scénarisé des scénarios ne permet pas au joueur lambda de se lancer dans la conception ou le test de nouveaux scénarios utilisant de nouveaux éléments ou incluant des joueurs supplémentaires. Et ce n'est de toute façon pas à l'acheteur de faire le boulot de concepteurs fainéants.






Que l'on ne s'y trompe pas : mes joueurs ont aimé Conan, ils ont passé un bon moment et moi aussi. 
C'est un jeu que je veux aimer, que ce soit son thème, sa mécanique, son matériel, il a tout pour être un grand. 
Mais ma colère est à l'image de ma déception.

Dans tous les cas, malgré le battage autour de ce jeu, force est de reconnaître que l'absence de système de campagne pour ce thème fait qu'il ne sort finalement pas du lot, et son état actuel laisse en sus un arrière goût d'inachevé et d'amateurisme.
A titre de comparaison j'aurai tendance pour l'instant à lui préférer "Journey : Wrath of the démon", qui si lui aussi est imparfait sur certains points, présente également une mécanique novatrice, un thème plus original, et une sensation de finition bien au dessus.

Une partie de Journey WotD


C'est un des projets KS qui pour l'instant m'a le plus déçu, parce qu'il m'a fait l'effet d'un soufflet qu'on vous présente magnifique sur les photos du menu et qu'on vous sert une fois qu'il est retombé.



Tout espoir n'est pas perdu non plus car les auteurs ont toute la liberté de véritablement donner à ce jeu ses lettres de noblesse et d'en faire un très bon jeu. Mais en attendant, je vous conseillerai de l'essayer avec un ami qui l'a déjà, et d'attendre l'éventuelle sortie d'une édition révisée pour en faire l'acquisition.



Après cette douche tiède, ce n'est du coup pas dans le nouveau projet de l'éditeur que j'investirai pour la peine : MythicBattle Pantheon, dont le KS a débuté il y a un peu moins d'une semaine (ça tombe bien parce qu'il y a le KS de la nouvelle saison de Shadow of Brimstone qui vient également de démarrer en même temps, et là je sais que je ne serai déçu sur aucun point)


Mythic Battle : Pantheon

Espérons que l'éditeur fasse rapidement son boulot pour rattraper les boulettes et faire en sorte que son jeu ne tombe pas rapidement aux oubliettes aux profit de nouveaux projets mieux aboutis.

Conan
Editeur : Monolith Game
Langue : Français
Joueurs : En fonction des scénarios, de 2 à 5
Durée : Environ 90mn
Extensions : A venir
Prix : Environ 90€

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire