Gens qui se baladent

jeudi 25 février 2016

Mais qu'est ce qu'il fout bon sang ?

Même si je suis toujours sur mon APO de Zombicide Black Plague, je dois bien avouer ne pas avoir touché à mes pinceaux depuis plus d'une semaine.


Pour une fois ce n'est pas Diablo 3 qui est responsable de ce relâchement, mais une angine-tracheite-bronchite, un WE fiesta avec nuit blanche (qu'on supporte étrangement moins bien quand on approche de la quarantaine que quand on a la vingtaine ....), et beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps passé sur mon projet musical solo que je viens de lancer (musiques épiques et d'ambiance en instrumental et quelques morceaux de Metal).



Bon, je vais m'y remettre sous peu à mes petits gris, (surement au moins une séance ce WE) en attendant vous pouvez jeter une oreille sur mon travail musical, soit sur FaceBook (cliquez ici) soit directement sur Soundclound (cliquez par là)

lundi 15 février 2016

Tournoi du Zombicideur - Gobelins Solitaires



Dimanche 07 Février 2016 avait lieu le tournoi Zombicide organisé par le club des Gobelins Solitaires.


C’est la première fois que je participais à un tournoi pour ce type de jeu (en équipe et en coopération) et j’avoue qu’outre le jeu en lui-même, l’aspect et l’originalité de la chose ont été deux points particulièrement attractifs de cet événement.



Le tournoi se déroulait en trois parties (une pour chaque saison : Boite de base initiale, Prison Outbreak et Rue Morgue), qui se jouait à 4 survivants. A chaque partie, deux équipes de deux joueurs ne s’affrontant pas, mais devant faire front commun, car gagnant et perdant le même nombre de points en fonction du résultat.



L'abomination mobile


Des core set entièrement peints !

  Notre équipe « LAST ACTION ZERO » était constituée de  Plisken (mon apprenti) et de moi-même (Le Preacheur).


 Des parties :

1-      Saison 3 :
D’entrée en on attaque sur la saison 3 qui est celle que ni mon apprenti ni moi ne connaissons. Nous jouons de pair avec la Team Mojitos, composées de visages familiers (Gor Franck et Bruno, plus connus sous les noms de Tic & Tac) mais néanmoins toujours aussi effrayants.
Du moins si on peut les apercevoir car le compère Gor Franck a bien 20 minutes de retard, le sacripant. Comme il débarque en cosplay d’ouvrier zombifié (plus version DDE que YMCA quand même) on lui pardonnera ces errements de début de partie.

Début de partie.
Les zombies eux aussi ont besoin d'amour !


L'équipe d'en face est trop parti pris des zombies pour nous permettre de gagner.

 Cette saison 3 nous fait à tous les quatre découvrir l’enfer des crawlers, qui ne cessent de spawner sur les lits, ou bien qui viennent remplacer les zonzons durement abattus. Car la chance ce matin a préféré rester au lit, et on ne cesse d’aligner les 1 et les 2.

Jusqu'ici tout va bien....
Seules contre tous.
Dieu donnant la zombification à Adam
Heureusement on est bien équipé avec cette magnifique poêle.
 Malgré un investissement coopératif maximal, une bonne organisation et concertation pour le jeu, on se fera submerger par les crawler qui, une fois qu’ils auront mangé leur congénère Gor Franck, grignoteront petit à petit le reste de notre équipe jusqu’à qu’il n’en reste plus un.

Le début de la fin.....
La fin
So close, so far.....
 
2-      Saison 1 :
Nous faisons équipe cette fois avec les White Russian, composés de Fred "Gérard" et de Ben-Ito (co-organisateur et membre tournant de cette équipe).


 
Pour cette partie en saison 1 je dois avouer que l’on maîtrise parfaitement la situation, la récupération d’objectif se fait les doigts dans le nez, les denrées alimentaires à récupérer nous tombent rapidement entre les mains, deux de nos personnages assurent les arrières pendant que les deux autres avancent en faisant le ménage. 
 



On se paye même le luxe en fin de partie de rester un peu en position dans un goulot d’étranglement pour maximiser l’XP (ce qui nous sera très utile pour la fin, cf les résultats).





3-      Saison 2 :
On finit par un scénario dans la prison en compagnie de la Team Cassoulet, avec une Madame Cassoulet tellement tendue qu’on prend vite le pli de ne pas la contrarier pour lui éviter un AVC à chaque tour.


C’est clairement la partie la plus serrée des trois. On prend bien le temps de tout planifier à chaque tour, tant les déplacements que la maximisation de l’équipement (et notamment la scie à béton qui n’a pas cessé de passer de mains en mains !).
 


On reste en formation serrée.

On effectue une progression très serrée case par case, et parvenons à nous en sortir indemne avec pas mal d’expérience puisque quasiment tout le monde est en niveau rouge, ceux ne l’étant pas en étant fort proche.

Alors que tout semblait perdu ........

....... Plisken et ses doubles marteaux nous a fait le grand nettoyage de printemps.
La scie a béton a permis de faire le reste

 

Cette sévère défaite et les deux belles victoires qui ont suivies nous permettent de ravir la 4ème place, les places 4,5 &6 s’étant jouées dans un mouchoir de poche coté points.

De toute façon, les Gobelins ont encore une fois bien fait les choses et chaque joueur quel que soit le classement de son équipe peut choisir un lot composé d’une figurine exclusive de survivant, avec sa fiche d’identité et son alter ego zombivant.
Pour ma part je prends le pendant de Mickey Rourke version Expendable, et mon équipier M. PHAL de Tric Trac, qu’il échangera finalement contre la version Zombicide d’Austin Powers.


Les derniers quant à eux gagnent chacun une magnifique cuillère pyrogravée pour l’occasion ainsi qu’un set de dés spéciaux pour le jeu.


De l’organisation :

Que dire. Les Gobelins connaissent le job et le font bien.
Le tournoi se déroulait dans la salle du foyer rural de Ponteilla, grande salle avec coin cuisine, sanitaires, et tout ce qu’il faut en tables, chaises, tréteaux et autres.


Le système de parties de différentes saisons permettait de jouer sur des tables prédéterminées avec pour chacune tout le matériel nécessaire mis en place et peint ! Car oui, quasiment l’intégralité du matériel mis à disposition était peinte.


Pas besoin de déplacer du matériel, tout est prêt pour les joueurs quand ils arrivent.







Pour chaque partie les survivants étaient prédéterminés et communs  à chaque saison (cad que tout le monde a joué la même configuration de survivants pour chaque saison donnée).


Pas moins de trois personnes dédiées à la logistique et l’organisation (formant les équipiers tournants de l’équipe White Russian), deux arbitres et la miss aux fourneaux (sans tomber dans le cliché).

Benito le nain et Georges le géant
Du coup on est obligé de lever la tête pour écouter le discours de Grand Georges
L’inscription de 12€ par personne comprenait le repas (composé tout de même de 4 croquemonsieurs salés et d’un cinquième au chocolat par personne, en sus de la salade et autres crudités à disposition), ainsi que l’accès à une buvette (soda, jus de fruit, eau, café, thé) gratuite et à volonté.


Fred "Gérard" briefe ses enfants avant le tournoi, une équipe de petits jeunes qui donnera des leçons à d'autres plus agés !

De plus chacun était assuré de repartir avec à minima une figurine exclusive.

Aucun couac d’organisation, la seconde partie était en outre rallongée d’une heure coté temps pour avoir le temps de manger pendant son déroulement, les croquemonsieurs étant en plus servis directement à la table de jeu !

La team Mojitos se voit infligé des leçons de jeu par une équipe de 30 ans de moins qu'elle.


Le tournoi a su fédérer un public très large en âge, toute tranche maîtrisant parfaitement son sujet.
Le temps alloué à chaque partie était manifestement trop large car toutes les tables ont fini en avance de souvent plus d’une heure sur le timing imparti.

Du coup je pense que pour la prochaine fois, le temps alloué sera surement réduit au profit d’une quatrième partie.


 L’entracte entre les seconde et troisième parties a été agrémenté pour ceux qui le souhaitaient d’une démonstration de Zombicide Black Plague ainsi que de quelques parties de petits jeux de cartes.
 

De grands moments de bonne humeur et de plaisir, pour un tarif très raisonnable qui donne au regard de la qualité de l’évènement l’impression d’avoir été chouchouté.
Un tournoi plus ludique et convivial que compétitif, même si on rigole toujours des déboires des autres, et qui a su fédérer un public de 10 à 55 ans

En espérant que l’évènement se reproduise sans trop tarder.