Gens qui se baladent

lundi 13 avril 2015

Le dernier carré, sur la banquise, des samurais super héros prétendant au trône de fer

Dimanche nous avons joué notre 4ème, 5ème ou peut être même 6ème scénario de campagne pour Shadow of Brimstone.

Dans ce scénario, point de tirage aléatoire et d'exploration mais une map prédéfinie, dans laquelle nos héros du Far West devaient repousser d'incessantes vagues d'ennemis.


Le scénario avait donc un petit coté Space Hulk très agréable et qui changeait de nos explorations passées.

Nous n'aurons pas eu à affronter beaucoup de vagues avant de repousser définitivement les assauts mais les ennemis rencontrés ont été plutôt coriaces, certains cumulant jusque trois capacités d'élite.


La première vague de Hellbats arrive droit sur nous

Toutefois nos héros s'en sont très bien sortis, et c'est même la première fois depuis le début que nous gagnons un scénario, ce sans aucune perte.


A l'opposé, les stranglers et les araignées prennent en tenaille notre Shérif

Le groupe commence à se réunir pour se préparer aux derniers assauts

Affrontement final, avec deux corps pile qui ne cessent de faire spawner des zombies

Notre prêtre commence à devenir un dealer de matos avec toutes ces cartes thésaurisées

Notre séjour en ville post-partie aura été plus long que d'habitude (notamment parce que pour une fois la ville n'a pas été détruite) et surtout plein de rebondissements.

Si nous avons pu faire nos emplettes et faire le plein d'équipement (ainsi que se faire opérer de certaines mutations pour le moins disgracieuses), une horde de chevaux sauvages a détruit le bâtiment du docteur alors que notre shérif allait se faire opérer de ses mutations, notre bandido a contracté la peste, et que dire de notre prêtre qui a même littéralement vendu son âme au diable pendant le trajet en échange de quelques dollars et d'un peu d'XP supplémentaire.

Vendre son âme au diable n'est pas sans conséquence comme vous pouvez le constater !
Le docteur de la ville fait aussi des miracles capillaires.
 
Le casting au grand complet - 64 Figurines peintes.

Une très bonne partie, pliée assez vite finalement, ce qui nous a laissé le temps d'enchainer divers petits jeux.

Pingouins :




Un plateau constitué de dalles hexagonales avec de 1 à 3 poissons sur chaque. Les joueurs contrôlent plusieurs pingouins (en fonction du nombre total de joueurs), le but étant de pêcher le plus de poissons possible. Pour cela, vos pingouins se déplacent en ligne droite, et récupèrent la case sur laquelle ils ont démarré (sachant qu'on ne peut traverser un autre pingouin).

La version sur laquelle nous avons joué proposait des figurines plastiques aux poses toutes différentes

Si les règles sont extremement simples, le jeu devient vite très tactique car le plateau présente de plus en plus de trous bloquant/limitant les déplacements possibles. Bloquer puis isoler les pingouins adverses deviendra en fait le vrai objectif pour pouvoir ensuite se rassasier à volonté.

Age of War : 




Jeu de combos de dés où il faut conquérir un maximum de châteaux. Chaque carte de château présente des combinaisons que vous devrez obtenir en un seul lancé.  Vous pouvez relancer vos dés, mais pour cela vous devrez en écarter un à chaque nouvelle tentative jusqu'à ne plus en avoir.

Les châteaux ont des couleurs propres, certains formant des familles, et valent plus ou moins de points en fonction de la difficulté pour les acquérir ou de les regrouper par famille complète. Une fois un château conquis, vos adversaire peuvent toujours tenter de vous le prendre tant que vous n'avez pas acquis tous les château de la même couleur (ce qui a pour effet de les protégér).



Quant il n'y a plus de châteaux à prendre sur le plateau commun, la partie s'arrête et on compte les points.

Voilà deux petits jeux apéro forts sympathiques, rapide à prendre en main mais très amusants.

Games of Thrones :

Petit jeu de carte dont le thème pourrait être tout autre. Chaque famille prétendante au trône de fer dispose de neuf cartes de personnages. Le but est de pouvoir placer l'une de ses cartes au sommet d'une pyramide d'une base de huit cartes maximum. Pour pouvoir placer une carte, autre qu'à la base, il faut qu'elle appartienne à la famille de l'une des deux cartes qui la précèdent.



Quant on ne peut plus monter la pyramide la partie s'arrête et vous prenez autant de pénalités qu'il vous reste de cartes en main, le gagnant tirant lui une carte de points négatifs qui viendront en déduction de ses pénalités - le jeu se jouant en autant de manches qu'il y a de joueurs.




Puis nous avons finit avec X-MEN Dice, un jeu de Dice Building dans l'univers des super héros Marvel. Le Dice Building c'est comme le deck building, mais avec des dés et non des cartes.

Vous commencez avec un pool de dés sérigraphiés génériques puis, en fonction des combinaisons obtenues, vous achetez de nouveaux dés correspondant à des super héros en particulier, et vous devrez envoyer vos meilleurs combos au combat pour amener les points de vie de l'adversaire à 0. 

Le jeu se joue normalement à deux mais nous avons essayé une variante "4 joueurs avec contrôle de terrains" made in Monsieur JP Toc. La variante semble à peaufiner mais rajouter un système de contrôle de terrain comme condition de victoire semble amener plus de fun et de variété dans le déroulement du jeu que la version initiale.

Nous avions mis 3 terrains à contrôler pour la première variante, mais c'était trop rapide donc nous sommes passés à 4 pour la seconde partie.

Le jeu dispose d'un matériel agréable (notamment les dés, unique pour chaque super héros, et dieu sait qu'il y en a), il n'est pas cher, mais je ne suis pas sur de trouver de partenaire pour ce type de jeu (en anglais) dans mon entourage pour franchir le pas de l'investissement financier.

Chaque super héros dispose de dés personnalisés - Ici Falcon, Angel et Pyro.
Et cerise sur la gateau, Monsieur JP TOC qui m'a offert la figurine exclusive pour Zombicide de M. PHAL -  célèbre chef tout puissant du site TRIC TRAC - qu'il a récupéré au TGS de mi saison le week end dernier.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire