Gens qui se baladent

mercredi 12 février 2014

Mieux que "la chair et le sang", voici "La chair et l'acier"




De tous les Primarques connus, je crois que Perturabo était vraiment à mes yeux (avec Corax) de ceux que l’on ajoute pour atteindre le nombre voulus, mais sans réellement développer sa personnalité et donc un personnage sans aucun intérêt.
Quant aux Iron Warriors, je n’y voyais qu’une armée bourrine à Wh40K sans fluff digne d’intérêt.

Si Corax a eu le malheur de se voir attribuer Gav Thorpe, le pire pseudo écrivain de toute la Black Library (et je pense que beaucoup me rejoindront si j’ajoute « le pire tout cours dans de nombreux domaine »), Perturabo a eu plus de chance en piochant Graham Mc Neill.

« L’ange Exterminatus » est le  vingt-et-quelquième livre du cycle de l’Hérésie d’Horus. Le combien exactement je ne sais plus, vu que depuis la reprise de l’édition des romans par la Black Library en remplacement de la Librairie Interdite, la numérotation a été reprise pour suivre celle de la version originale, y incluant en plein milieu des livres non encore traduit en VF.

Le quatrième de couverture :
Perturabo – Maître de l'art du siège, et exécuteur du monde d'Olympia. Longtemps, il vécu dans l'ombre de ses frères primarques plus favorisés, et les devoirs ignobles ou mondains qui incombèrent régulièrement à sa légion ne firent qu'ajouter à sa frustration.
Lorsque Fulgrim lui offre la chance de mener une expédition à la recherche d'un artefact de l'arsenal xeno dont l'ancienneté n'a d'égal que son pouvoir de destruction, les Iron Warriors acceptent d'unir leurs forces à celles des Emperor’s Children pour s'aventurer profondément dans le territoire des Xenos; au coeur du grand maelstrom d'étoiles qui hante les rêves de Perturabo. Poursuivis par les survivants ivres de vengeance d'Istvaan V et par les revenants d'un monde eldar mort, ils doivent oeuvrer rapidement, s'ils veulent espérer pouvoir relâcher la puissance dévastatrice de l'Ange Exterminateur.


Je dois bien reconnaître que le résumé (encore une fois) ne me donnait pas vraiment envie. Et pourtant, ce tome est clairement un de ceux que j’ai préféré dans les suites du cycle (cad les bouquins de remplissage sortis après le triptyque initial).

Je ne ferais pas de spoils sur l’histoire, mais dirais juste que la fin retranscrit une étape particulièrement importante de l’histoire des Primarques.

Perturabo n’est donc pas un Primarque aussi plat qu’un bonbon chiantos, même si ce sentiment donné à la fois lui convient et lui pèse.
On a ici deux versions totalement différentes de légions renégates entre les Emperor Children totalement corrompus et possédés, véritables hérauts de Slaanesh, et les Iron Warriors qui malgré leur aversion pour les Imperial Fist, ne se complaisent pas dans la violence et l’éradication des légions loyalistes.
En cela les IW sont bien plus proches de l’Alpha Legion, rejetant le panthéon  des divinités chaotiques et la corruption pour une vision plus individuelle et désabusée. 

Le rythme de l’ensemble est soutenu et le développement de l’intrigue fort agréable, bien que souvent prévisible comme d'habitude. 
Je regrette juste que l’auteur fasse un peu trop référence et de façon appuyée qui plus est, à ses écrits passés du même cycle (« Fulgrim » et sa nouvelle dans « Les Primarques » notamment), dont certains ne sont justement à ce jour pas disponibles en VF (« Shadow of Treachery»).

Concernant le bouquin a proprement parler, on est maintenant en terrain connu, grand format, couvertures à rabats etc… j’ai toutefois noté pas mal de coquilles dans ma version, comme des mots manquants ou des phrases sans aucun sens en raison d’une tournure soit mal traduite soit dévoyée.

D’une façon générale, je trouve que le niveau du cycle se rehausse avec les dernières parutions. Voyons si cela se confirme avec le dernier Aaron Dembsly « Félon » que j’ai attaqué hier soir.

2 commentaires:

  1. Une nouvelle critique littéraire très intéressante comme d'habitude Maître Preacheur ^^

    J'avoue quand même avoir eu de grosses appréhensions en te lisant :

    Certes,entre Gaouin Thorpe d'un côté et le virus ebola de l'autre je préfère faire confiance à mes anticorps et tenter le coup sans masque à gaz. Sans vouloir tirer un missile de plus sur le microcosme de GW, je te rejoins à 100% : faut quand même avouer (et même les plus rétifs et les plus butés ne pourront qu'être d'accord) que ce pauvre mec a réussi à foutre une pagaille monumentale avec tout ce qu'il a touché (morceaux choisis parmi la spéciale du patron : le coup du seigneur fantôme qui n'est pas une grande cible, la conclusion "littéraire" de la campagne estivale "Tempête du Chaos" et plus récemment toutes ses "productions" estampillées Black Library... Le pire c'est qu'il fait l'unanimité contre lui et il revient à chaque fois avec un sourire béat, très satisfait de lui Oo' Moi je me serais caché mais bon...

    Cependant, voir le nom de Graham Mc Neill ne soulève pas non plus des montagnes pour moi : si jusque là je le trouvais potable voire assez bien dans le cycle de Gotrek et Félix, je dois dire que je ne lui ai pas pardonné d'avoir fait de mon primarque favori une pauvre mauviette qui se fait posséder par le premier démon de Slaanesh... Je veux bien entendu parler de l'opus "Fulgrim" et de son cortège de gros clichés faisant des Emperor's Children le gros défouloir chaotique alors que jusque là, la corruption du chaos était davantage insidieuse et subtile... S'il a fait un effort ici alors ce n'en est que meilleur...

    Je garde une place toute particulière à Perturabo car les Iron Warriors ont été ma toute première armée chaotique collectionnée du temps du magnifique codex de Pete Haines... Don on a pas été aidés puisque la version suivante a été confiée à... Gaouin TT et actuellement, le codex est certes équilibré si on veut jouer fluff, mais injouable si on veut jouer fluff justement TT

    Concernant le fait que l'auteur semble se répéter, cela démontre, AMHA, que quoiqu'en dise GW pour se faire mousser et assurer la promo de ses bouquins, les rédacteurs ne sont PAS fondamentalement des écrivains. Tout le monde ne peut pas être de la trempe de Dan Abnett : la majorité des auteurs de BL pour ne pas dire la totalité est issue des membres du personnel de GW... au bout d'un moment on finit par tourner en rond (et vu que GW ne donne pas les moyens suffisants d'obtenir un produit soigné : coquilles, fautes d'orthographe, de syntaxe etc etc etc...).

    En ce moment je suis sur le Premier Hérétique. ça commence bien mais si ça continue dans la même veine, j'ai l'impression que la jurisprudence Dark Angels va trouver à s'appliquer : on ne peut pas ne pas prendre partie pour ces pauvres futurs-renégats...

    A voir pour la suite...

    Serviteur,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part j'ai bien aimé Fulgrim, et Graham McNeill reste l'un des deux seuls vrais auteurs de la BL avec Dan Abnett. Le seul point sur lequel j'aurai à redire sur Fulgrim est le coup de l'épée des Laers qui prend possession comme ça d'un Primarque.
      On est bien d'accord sur la nullité de Gav Thorpe dans ses écrits et la plupart de ses productions, d'ailleurs le roman Corax est une grosse daube moisie.
      Concernant les DA, la façon dont ils sont traités dans les romans du cycle nous amène à préférer la faction loyale à Caliban, celle-ci n'étant pas en outre assujettie au chaos ni à Horus.
      Pour les Word Bearers, la façon dont ils sont présentés dans le premier hérétique fait ressortir une faction pleine de foi confronté à une grande désillusion lors de la réprobation par l'Empereur. Lorgar est en outre un Primarque assez effacé qui se fait grandement manipulé par son Chapelain et son père adoptif.

      Supprimer