Gens qui se baladent

jeudi 28 novembre 2013

Uriel Ventre-mou

Bon ça y est j'ai égalisé mon score de l'an dernier coté lecture avec 19 bouquins de tombés cette année (reste encore le mois de Décembre en, plus) de diverses tailles, certains beaucoup plus gros que d'autres.

Je viens donc de finir l'Ominibus ULTRAMARINE de Graham Mc Neill (810 pages quand même le bousin) que j'avais acheté y a déjà de cela un bon moment sur LudikBazar (lors de l'écoulement en masse des stocks de la Librairie Interdite quand ils ont perdus la licence des romans GW).



Cet omnibus regroupe les trois premiers tomes de la saga d'Uriel Ventris, Capitaine de la 4ème Compagnie des Ultramarines, période 40ème millénaire et non 10.000 ans avant période hérésie.

On y trouve donc "Nightbringer", "Les guerriers d'Ultramar" et "Ciel mort, soleil noir", et à titre liminaire une petite nouvelle narrant comment Ventris a accédé à son statut de Capitaine de Compagnie.


"Nightbringer" amène Ventris à escorter un inquisiteur en mission sur une planète où les rivalités politiques vont bon train, au point d'amener le gouverneur planétaire à ne plus remplir son rôle. Ajoutez y une cabale d'eldars noirs à la recherche d'une mystérieuse relique Nécron, et nos Ultramarine auront fort à faire. Cela me fait quand même sourire de voir qu'à chaque fois dans ce genre d'histoire on dirait que toutes les intrigues et l'action d'une planète se résume à une dizaine de gusses dans une seule ville. Leurs planète doivent pas être plus grosse que l'un de nos département en fait. Si vous pensiez y trouver votre bonheur avec les Nécrons, passez votre chemin, le sujet est ébauché mais non développé.


"Les guerriers d'Ultramar" envoi cette fois Ventris faire alliance avec un chapitre de SM dérivé des Ultramarines et que tout semble pourtant opposer, à faire face à une invasion tyrannide sur une petite planète.
L'invasion est sympa, mais les personnages extremement stéréotypés, de même que le déroulement de l'action, et dégoulinent de bons sentiments.


Dans "Ciel mort, soleil noir", Ventris a été frappé d'excommunication de chapitre pour avoir enfreint les règles du sacro saint Codex Astartes, et doit aller accomplir un serment de mort dans l’œil de la terreur. Bien qu'une telle sanction paraisse parfaitement disproportionnée, ce tome est nettement le plus intéressant des trois. Particulièrement violent et sordides dans ses descriptions du chaos, bien que souvent redondantes, ce tome a l'avantage de nous narrer une aventure originale et recherchées dans ses événements et accessoires. On retrouvera d'ailleurs la préquelle de cette histoire dans le livre "tempête d'acier" qui narre les événements qui se sont déroulés sur Hydra Corvatus et à l'origine du scénario du présent tome ("Tempête d'acier" a été écrit postérieurement et reste donc totalement dispensable pour lire "Ciel mort Soleil noir").

Bref, après deux premiers volumes vraiment moyens, la saga Uriel Ventris commence à prendre ses marques en son troisième opus. Espérons que la suite soit du même acabit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire