Gens qui se baladent

mercredi 15 mai 2013

Les Primarques ne font pas les prix bas



Est-il honnête de faire une review de ce livre alors que je ne l’ai pas lu en entier ? On va dire que oui.

Le tome XX de l’Hérésie d’Horus, « Les Primarques » est un recueil de quatre nouvelles. La nouveauté est le format du livre qui n’est plus format poche mais grand livre. Le prix s’en ressent puisqu’il passe d’environ 12 € à 17 €, mais la qualité est au rendez vous avec notamment une couverture à rabats internes.


Les Primarques au triomphe d'Ullanor. De G à D : Sanguinius, Magnus le Rouge, Konrad Curze, Jagataï Khan, Lorgar, Rogal Dorn, Horus & Fulgrim.

 Les quatre nouvelles ont toutes pour personnage central l’un des dix huit primarques connus (19 si on compte que les Primarques de l'Alpha Legion sont deux frères jumeaux), en l’occurrence, et dans l’ordre, Fulgrim (Emperor’s Children), Ferrus Manus (Iron Hand),  Lion El Johnson (Dark Angels) et Omegon (Alpha Legion).

1-      Et le reflet se brisa, Graham Mc Neill :
La nouvelle rempli bien son rôle avec une question sur la dualité de Fulgrim depuis sa possession par le démon de l’épée des Laers. Une ambiance dans la continuité du roman Fulgrim (du même auteur). La nouvelle la plus intéressante du recueil, bien que nous n’apprenions rien de particulier par rapport aux événements de l’Hérésie.
Les plus proches lieutenants de Fulgrim s’interrogent sur la personnalité de leur Primarque. Est-il toujours Fulgrim, ou bien est-ce un démon qui a pris sa place ? Pour connaître la réponse ils ne reculerons devant rien, quitte à y perdre la vie.  Mais les apparences sont parfois trompeuses.
2-      Triomphe de fer, Nick Kyme :
On ne peut pas dire que les Iron Hands soit un chapitre placé sous les projecteurs, ni que son Primarque soit des plus charismatiques (surement même l’un des moins). L’histoire est sans intérêt aucun, à peine digne d’un essai d’adolescent.
Les Iron Hands avancent dans le sable pour taper de l’Eldar. Mais les pouvoirs psychiques de ces derniers leur apprendront que la chair, faillible aux yeux des IH, est parfois la seule et vrai force.
3-      Le Lion, Gav Thorpe :
Bon ben rien qu’avec le nom de l’auteur tout est dit. C’est la nouvelle qui m’a fait décrocher et du coup je ne l’ai pas finie. D’après les commentaires sur des fora et blogs divers il ressort que ce serait la plus intéressante des quatre…ON n’a pas du lire la même version. C’est du Gavin Thorpe, ce mec est tout sauf un écrivain, on vomit un coup, on zappe et on passe à la suivante.
Coté synopsis, je ne sais même plus/pas de quoi il en retourne.
4-      Le serpent en dessous, Rob Sanders :
Un récit en deux temps avec une alternance de chapitres sur les phases préparatoires d’une mission très spéciale et son déroulement. On y retrouve bien l’esprit de l’Alpha Legion, infiltration, renseignement, double et triple jeu, et son aptitude à masquer le but de ses actions sous un jeu que personne à part leurs Primarques jumeaux ne peut comprendre.
Maintenir les White Scar du Khan à l’écart de Terra le plus longtemps possible est une mission honorable, mais quand l’Alpha Legion est elle-même infiltrée par des agents extérieurs, compromettant un projet secret d’exploitation d’artefacts xenos anciens il est temps de faire le ménage, peu importe le prix à payer, même s’il faut sacrifier les siens.

Conclusion, mon avis est plutôt mitigé. Deux bonnes nouvelles sur quatre c’est vraiment moyen, mais je les ai suffisamment appréciées pour passer outre les deux autres. Après, au rapport qualité prix, c’est encore un échec pour cette série que je m’obstine quand même à poursuivre.

Une pause est cependant la bienvenue, puisque le prochain tome ne paraîtra qu’en Septembre, avec un ouvrage de James Swallow « Signus Daemonicus ». Rappelons au passage que James Swallow était déjà l’auteur de l’horrible bouse qu’était « Nemesis », Tome XIII de cette même série….J’en pleure d’avance.




3 commentaires:

  1. Ah, une nouvelle critique sur l'Hérésie d'Horus.

    Perso, et c'est un avis qui n'engage que moi mais bon, pour moi Graham McNeil a tué mon héros qu'est Fulgrim : à part quelques passages pas trop mal et souvent très originaux (fêter sa victoire AVANT de gagner c'est très Emperor's Children ça ^^) cet opus n'est qu'une merde immonde. Comment croire que Fulgrim se laisse bêtement posséder ("oh mon Dieu qu'ai je fait j'ai été trompé à l'insu de mon plein gré pis j'ai tué mon frère primarque !!!") alors que j'ai toujours eu la vision, selon le fluff ancien, que Fulgrim était le salopard qui passe du côté obscur de la force volontairement sinon en toute connaissance de cause ?

    Et là on aurait la suite de ce torchon ? Très peu pour moi voilà un truc qui ne me plaira pas de lire....

    Pour les Dark Angels... bon ben les pauvres ils sembleraient qu'ils soient devenus les souffres-douleurs de black library : les 2 opus précédents étient rédigés de façon telle qu'on ne pouvait pas ne pas penser que les rebelles DA sont les "gentils" tandis que les "loyalistes" ne sont que des pauvres moutons sans cervelle suivant aveuglément un primarque qui n'est absolument pas fait pour gérer une légion astartes (toujours selon BL parce que le fluff en fait vraiment un chef charismatique)... et là c'est Gaouin qui s'y recolle ?? Après sa pauvre m... littéraire tirée des chroniques de l'Hérésie d'Horus (en gros "je suis un DA de Caliban et je fais tout comme Lion El'Johnson il a dit donc j'ai raison, toi tu n'es qu'un DA de Terra t'es pas un vrai t'as tort"), tu nous dis qu'il a décidé d'enfoncer un peu plus le clou... Pauvres DA ils ne méritent quand même pas ça !! Effectivement le sieur Gaouin "trop Gavant" Thorpe n'est clairement pas un écrivain digne de ce nom (n'est pas Dan Abnett qui veut hein) et demeure pour moi la plus grande énigme made in GW à ce jour en terme de collaboration efficace et constructive... Là aussi ça ne me dit pas de lire ce livre.

    Pour les Iron Hands, c'est pas qu'ils soient pas charismatiques, AMHA, c'est juste qu'on ne leurs accorde pas suffisamment de place : les mecs sont des putain de forgerons et de techniciens à l'image de Ferrus Manus... on les cantonne juste au rôle de bouche-trou. On sait qu'ils sont là mais on veut pas avoir affaire avec eux parce BL s'en tape. Comme leur background n'est peu ou pas développé, on les ignore facilement... alors que bon, qui dit méga-forgeron dit en principe prototypes d'armes monstrueux non ?

    Quand à Rob Sanders je ne connais pas je ne peux pas dire...

    Donc en conclusion c'est vraiment pas un livre que j'achèterai (et la aussi paye ton augmentation qui va bien 5€ de plus -.-, ce n'est pas parce que la couv' est belle -les primarques themselves, excusez du peu- que le contenu est à la hauteur...

    De toute façon à part les 3 premiers opus et mechanicum, je crois que je vais revendre tous mes bouquins tiens.

    Merci pour cette critique Monsieur Bronze ^^

    RépondreSupprimer
  2. Les trois premiers tomes (même si le dernier est un peu en deça) sont clairement les plus intéressants de toutes la saga, car au cœur de l'hérésie. Mechanicum est très bon aussi, notamment par son sujet traité dans le détail alors que très souvent obscur(ce que j'ai retrouvé un peu dans "les morts oubliés").
    En ce qui concerne Fulgrim, je ne le connaissais pas avant de lire le roman éponyme que j'ai du coup beaucoup aimé. Toutefois, le coup de l'épée démoniaque qui possède le Primarque est le coup de baguette indigeste qui m'est resté en travers.
    Quant aux Dark Angel, quel malheure pour eux que Gawouine les aime (soit disant) tant, car chaque fois qu'il s'y colle s'est à vomir (enfin, il en est de même pour tout ce qu'il touche d'un point de vue littérature de toute façon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf, deux fautes dans mon commentaire, ça me pique les yeux !

      Supprimer