Gens qui se baladent

mardi 2 avril 2013

Et ils ne connaitront pas la peur

Cela fait du bien de renouer avec Dan Abnett, plaisir démultiplié quand on le dernier tome lu était "écrit" par Gavin Thorpe.
Je ne sais pas si c'est le talen d'Abnett qui fait encore plus ressortir la nullité de Thorpe ou si c'est l'inverse, mais le fait est que j'ai passé un bon moment avec ce nouveau tome de l'Hérésy d'Horus : La bataille de Calth.


Ignorant de la trahison de son frère, Roboute Guilliman obéit aux ordres cryptiques du Maître de Guerre et retourne vers Ultramar afin de rassembler sa légion et d’affronter les orks massés près du système de Veridian. Sans crier gare, leurs alliés supposés de la légion des Word Bearers lancent une attaque dévastatrice sur Calth, dispersant la flotte Ultramarine et massacrant tous ceux qui se dressent contre eux. Ces actions confirment le pire scénario que Guilliman puisse imaginer : Lorgar cherche à mettre un terme leur ancienne querelle de façon définitive. À l’heure où les traîtres invoquent d’immondes hordes démoniaques et font appel aux forces du Chaos, les Ultramarines sont entraînés dans une lutte amère et meurtrière dont aucun des deux camps ne peut sortir vainqueur.

Ce bouquin m'a fait voir les Ultramarines, ainsi que leur Primarque, le grand Roboute Guilliman, sous un jour différent, moins prétentieux et élèves modèles qu'ils n'y paraissent. J'ai toujours perçu Roboute comme un Primarque austère, plus encore que Rogal Dorn, en sa qualité de référence absolue dans la gestion et la codification martiale. Après tout, n'est-il pas l'auteur principal du Codex Astartes post heresy ?
Pourtant, ici Roboute est un Primarque, je ne dirai pas sympathique, mais aussi accessible que Horus avant sa possession par le chaos pouvait l'être, avec ses forces et ses faiblesses, un coté moins grandiloquant que celui auquel on pouvait s'attendre, à l'écoute de ses hommes et parfois même un peu naïf.

Le récit de l'attaque se déroule selon un compteur, à rebours et à débours, avec pour point de départ la première risposte Ultramarine à l'encontre des World Bearers. Un fait m'a cependant troublé dans ce récit (s'agit'il d'une incophérence chronologique/scénaristique ?) c'est que les Ultramarines ignorent tout des évenements d'Istvaan III et V. Depuis Istvaan III, l'Eiseinstein a quand même informé l'Empereur de la trahison d'Horus, celui-ci a dépêché 5 légions pour mater la rebellion, Isvaan V a été un massacre, la Raven Guard (du moins ce qu'il en reste) a eu le temps de revenir sur Terra, où elle a pu constater que la défense du palais Impérial avait bien progressé sous l'égide de Rogal Dorn et de ses Imperial Fist (d'ailleurs je me demande toujours pourquoi Hoirus n'a pas procédé à un exterminatus sur Terra avec un bon bombardement viral et nucléaire orbital préalable ?!).......et pendant tout ce temps Roboute Guilliman, Seigneur des 500 mondes d'Ultramar, Primarque de la plus grande des Légion n'est au courant de rien ???

Encore un coup des tempetes Warp me dira-t-on.


Pour le reste c'est une grosse course contre la montre pour tenter de reprendre le dessus sur l'attaque massive des WB qui vise à l’extermination de la XIIIème Légion, au travers des yeux de nombreux personnages, Astartes bien évidemment mais également garde impériaux, et magos du Mechanicum.  J'ai également bien apprécié le fait rappelé par l’auteur que le gros des troupes du chaos est souvent constitué de cultistes, et non forcément d'Astartes, organisés de façon ritualistes et tentaculaires, et représentant le gros de la menace intérieure qui ronge et rongera pour les millénaires à venir le coeur de l'Imperium. On retrouve même dans ce livre l'un des personnages amenés par  l'auteur dans l'un de ses précédents opus (Legion), même si c'est dans un rôle extremement mineur et dont la finalité ne nous est pas encore dévoilée.

Beaucoup de combats, beaucoup de fuites, beaucoup de désillusions et de morts coté Ultramarine, mais si ces derniers ne connaitront pas une victoire (ou du moins une victoire trèèèèès relative), ils ne connaitront pas la peur !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire