Gens qui se baladent

vendredi 8 février 2013

Là on me voit, là on m'voit plus.



Voilà sans conteste, à mes yeux tout du moins, l’un des meilleurs ouvrages du cycle de l’Hérésie d’Horus. 

« Les morts oubliés », de Graham Mc Neill n’a pas été sans me rappeler « Mechanicum » dans ce qu’il avait de meilleur, à savoir l’exploration d’un point de l’univers de Warhammer 40K dont ne sait que très peu de chose.


Ici il s’agit de la citée de la vue, qui abrite l’Adeptus Astra Telepatica. L’auteur nous plonge dans l’un des centres nerveux de l’Imperium, s’appropriant l’univers pour nous en dépeindre, au travers de l’aventure, son fonctionnement.

Le dos de couverture :
« La galaxie s’embrase. Les primarques loyaux à l’Empereur se préparent à affronter le Maître de Guerre Horus et ses légions renégates sur les sables noirs d’Istvaan V. Des heures aussi sombres annoncent des événements nouveaux et encore plus terribles, et lorsque l’astropathe Kaï Zulane se retrouve dépositaire d’un secret menaçant de faire basculer l’équilibre du conflit, il lui faut prendre la fuite. Aux côtés d’une mystérieuse bande de renégats, il plonge dans les bas-fonds meurtriers de Terra elle-même, traqué tel un criminel par ceux à qui il faisait autrefois confiance. Face à la trahison, Kaï doit décider de sa propre loyauté, et si certaines vérités ne devraient pas être enterrées à jamais. »

Même si la fin de l’histoire se dévoile avant le terme, l’intrigue générale est bourrée d’action et d’ambiguïtés, qui démontre encore une fois le coté sectaire et dictatorial d’un Impérium frappée désormais du fléau de la guerre civile, dépassant le contrôle de son Empereur, qui semble toutefois affligé de la malédiction à devoir agir seul, avec toujours plusieurs coups d’avance, sous le couvert d’un comportement soit détaché (l’abandon de la grande croisade et son absence totale d’intervention sur le terrain depuis), soit exagérément intolérant et cruel (comme  la purge totale des Thousand Sons suite à la venue sur Terra de Magnus).

Quant aux  pérégrinations de Kaï Zulane dans les bas fonds de Terra, elle ne sera pas sans rappeler des souvenirs / inspirer les joueurs de Necromunda.

Bon, maintenant, j’apprehende tellement d’enchainer avec le dernier Gavin Thorpe (Délivrance perdue) sur la Raven Guard, que je me suis lancé dans un autre bouquin qui n’a rien à voir avec l’univers de Warhammer 40K, mais dont je devrai bientôt vous pondre la critique vu comme je suis en train de le dévorer.

NB : Je lis sur un autre blog que ce livre comporterait un anachronisme flagrant P116 dont, a priori, je ne me suis pas rendu compte. Je vais donc regarder ça de plus près ce soir, et voir si ce livre mérite l'autodafé demandé à cause de ça.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire