Gens qui se baladent

lundi 11 février 2013

Allumez le feu !



Rien de plus coté APO Dreadball cette semaine finalement. J’ai profité de mon temps libre pour faire des ré aménagements dans la maison, le jardin et le studio (mon antre) et de ce fait je n’ai pas touché mes pinceaux du WE.

Bon, certes, soyons honnête, j’aurai pu faire un effort, mais suite à la lecture aux toilettes (oui, c’est là qu’on apprécie vraiment un bon magasine) d’un vieux numéro de Ravage, j’ai profité de mon passage à Micromonia pour me prendre, (au tarif dérisoire de 8 €  - je ne télécharge pas les jeux, je les achète) : Dawn of War Retribution.


En 2004, RELIC faisait enfin plaisir aux fans de Warhammer 40K en sortant un nouveau jeu tiré de cet univers qui valait vraiment quelque chose : Dawn of War.


Ce RTS, genre Warcraft (Je dis bien Warcraft, et pas World of Warcraft qui lui est un MMORPG ou Meuporg si vous êtes fan de William Lemergie….), permettait de diriger le chapitre de Space Marines Blood Raven (que la voix française du jeu persiste à prononcer Bloud Raven) au travers d’une campagne où l’on affrontait les Orks, les Eldars et le Chaos.



Le succès du jeu l’amena à produire de nouveaux suppléments : Winter Assault (qui introduit la Garde Impériale), Dark Crusade (qui introduit les Tau et les Necrons) et enfin Soulstorm, qui introduit les sœurs de bataille et les Eldars noirs, le tout avec moults plétores de trucs pour les races déjà existantes.




Bien que très peu fan des RTS, qui me gavent dès la première difficulté, j’avoue avoir pris plaisir à jouer à DoW, mais ne l’ai pas fini (comme 75% des jeux auquel je touche).

En 2009 RELIC remettait le couvert avec Dawn of War II. Le mode RTS évoluait alors vers du RTS – RPG. On y retrouvait les « Bloud Raven », mais les personnages étaient désormais individualisés, avec possibilité de les personnaliser au fur et à mesure de l'expérience en les stuffant avec armes/armures/équipements. 




J’ai beaucoup apprécié DoW II, et seul un gros fu*@ing bug de STEAM (le gestionnaire de compte des jeux Windows) m’a empêché de jouer la mission finale, alors que je m’étais échiné à jouer toutes les missions disponibles, même les facultatives. A noter que DoW II paliait une carence du premier DoW (assouvissant un désir profond des joueurs), en introduisant dès le départ les Tyrannides.

S’en est suivie la sortie de Chaos Rising, la première extension comprenant une campagne complète. Bon alors là, j’aurai aimé dire du bien de CR, du temps que je me suis régalé à y passer, et c… mais allez savoir pourquoi, la carte graphique (ou tout autre élément merdique) de mon PC portable a refusé de se soummettre aux puissances de la ruine, et si le jeu s’est bien installé et lancé, impossible en revanche de faire s’afficher les personnages…….ce qui est tout de même assez gênant (essayez de jouer à Tomb Raider avec une Lara Croft invisible !). Bref, je n’ai donc jamais joué à CR.



Et pourtant je me suis lancé dans Retribution (en ayant oublié cet épisode) qui, lui, marche bien (enfin, c’est un peu saccadé mais ça me gêne pas). Retribution est un stand alone (comprendre que vous n’avez pas besoin du jeu de base DoW pour y jouer) qui permet de jouer la campagne proposée avec les différentes factions existantes (Space Marines, Garde Impériale, Eldar, Chaos, Orks, Tyrranides). Et du coup je m’en suis allé éprouver ma fidélité au Trône d'or en m’engageant dans le marteau de l’Empereur, aux cotés des GI et d’une inquisitrice, assez sexy soit dit en passant.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire