Gens qui se baladent

mercredi 28 novembre 2012

Mario a les boules

M'étonnes que j'avance pas dans ma peinture de figurines, je suis sur une commande spéciale, pour mon fils.

En voici le premier jet :


jeudi 22 novembre 2012

La fin des haricots ?

A part des teasers répétés et des annonces de sorties sans jamais de date fixe, on ne peut pas dire que la communication de FFG/ Edge soit très propice en ce qui concerne l'avenir de la 3ème édition du jeu de rôle Warhammer. D'ailleurs cela fait longtemps que plus rien n’est annoncé depuis la Campagne de l'Ennemi intérieur.

Après un GENCON où l'impasse était totale sur le jeu, a part des infos comme quoi plus personne n'était en charge du produit..., voilà maintenant que FGG brade les stocks  :

http://store.fantasyflightgames.com/showproducts.cfm?Step=1&FullCat=126

Le supplément étant à 10/20$ (soit entre 7 et 15 €), je me suis donc dépêché de compléter ma collection.

J'espère donc que :
1- La campagne de l'Ennemi intérieur sortira quand même
2- Edge traduira tout de même le reste de la gamme

Quand je pense au prix que je les ai payé en Angleterre...

mardi 13 novembre 2012

Qui va à la chasse perd sa place



Qui meurs d’un anévrisme aussi, d’ailleurs. 

Et c’est bien là le commencement des problèmes. Le brutal décès de Barry Fairbrother va être, bien malgré lui, le battement d’aile qui va déclencher un effet papillon dévastateur, ou salutaire, pour beaucoup des citoyens de la petite bourgade de Pagford.

Ayant dévoré par le passé, en son temps, la série des Harry Potter (aux deux derniers tomes assez décevants à mon goût), je me suis dit que j’allais faire un break dans ma saga Sciences Fiction et Fantasy pour un roman d’une autre nature, car le dernier ouvrage de J.K.ROWLING n’a rien à voir avec le surnaturel, le fantastique ou le manichéisme du bien contre le mal.


Une place à prendre est un gros pavé de 681 pages qui n’est clairement pas destiné à ceux qui cherchent dans cet ouvrage l’héritage d’Harry Potter, d’où le nombre de critiques négatives sur ce livre de la part de l’ancien lectorat de l’auteure. 
Une place à prendre est un roman « tranche de vie », avec de nombreux personnages dont les vies et les actes s’entrecroisent, s’influencent, condamnent ou libèrent ses protagonistes que l’on pourrait croire stéréotypés mais parce qu’ils sont campés d’une forte personnalité et d’un réalisme parfois glaçant.
Ainsi, je ne saurai rejoindre les critiques négatives que j’ai pu lire sur ce livre, à droite à gauche, le désavouant souvent en le résumant à un vil manifeste négatif sur la nature humaine.  
Certes, nous avons là un rassemblement, un condensé, de situations « peu glamours » mais cruellement réalistes, et quand je lis que l’EXPRESS base sa critique sur la seule page 99 du roman (sur 681 je le rappelle) cela me fait doucement rire ; car si Camille Poirier (qui a écrit la critique du livre ici :http://www.lexpress.fr/culture/livre/une-place-a-prendre-le-nouveau-roman-de-j-k-rowling-passe-le-test-de-la-page-99_1167114.html ) trouve que la description de l’appartement de cette famille "défavorisée" regorge de stéréotypes, c’est qu’elle n’a que rarement (jamais ?) était confrontée à la misère sociale.

Je trouve au contraire que J.K. ROWLING touche juste sur beaucoup de ses mises en scènes ; quels que soient les personnages, leurs références, leurs schémas de pensée, leurs centres d’intérêts et leurs réactions émotionnelles sont parfaitement en adéquation avec leur personnalité et surtout avec leur âge (notamment pour le monde des adolescents, ici d'un panel assez bigarré, qui est trop souvent stéréotypé ou trop peu conforme à la réalité [comme c'était souvent le cas dans la série des HP en somme, où nos sorciers en herbe n'avaient pas vraiment, ni une vie, ni des réactions en adéquation avec leur age]). 
Ce livre n’est donc pas une vision négative de la nature humaine, ni un conte de fée, c’est juste un livre sur la vie de personnes, qui pourraient être votre voisin, ou vous même.
Une sorte de Real Desperate Housewives in an english cottage. 

Bref, j’ai dévoré ce bouquin qui m’a passionné. Car si il n’y a aucun rapport avec Harry Potter, on y retrouve ce style d’écriture simple et pourtant fourmillant de détails bien ciblés, qui rend la lecture facile et délicieusement chronophage.  


mercredi 7 novembre 2012

Oki Doki

Finalement, les passions des enfants d'aujourd'hui étant aussi durables que des piles salines, mon fils est rapidement passé depuis cet été de la folie Angry Birds à la frénésie Wall-E, pour maintenant être en plein univers Mario Bros.

Du coup, après avoir refait trois fois la déco de sa chambre en moins de six mois, j'ai du m'adapter pour le gâteau d'anniversaire, et troquer mon projet de plateau mangeable Angry Birds pour un décor univers Mario....

Bien évidemment, comme d'habitude, j'ai bien muri le projet mais ai failli laisser passer la date, et je me suis donc retrouvé le samedi après midi coincé à la maison à devoir faire un gâteau sans les trois quart des ingrédients et accessoires que je comptais acheter sur internet...

Certaines mauvaises langues diraient que c'est parce que je passais trop de temps sur un certain jeu vidéo, à cliquer comme un forcené sur le bouton gauche (et parfois le droit) de la souris pour soit disant sauver le monde d'on ne sait quel démon, parsemant cette frénésie du clic de quelques jurons bien sentis à chaque mort de mon avatar ; mais que nenni, j'y vois plutôt une hypothèse plus réaliste, comme celle d'un complot divin ou d'un acharnement du sort pour me faire échouer dans ma quête pâtissière.

Bref, muni d'un petit pain de pâte à sucre que j'ai payé à prix d'or dans un coffret moisi d'initiation, et des rares colorants alimentaires trouvés (des saloperie en poudre au gout dégueu que j'ai payé à prix d'or également - Une punition pour ne pas m'y être pris avant ?), j'ai essayé de faire, dans l'urgence, ce que j'ai pu et le résultat est donc visible ci-dessous.

Dire que tout s'est bien passé serait faire offense à l'ordre des choses, la pâte à sucre n’arrêtait pas de coller au rouleau à pâtisser une fois le colorant intégré, et les jurons ont volés bien plus que lors d'une partie de Diablo.


 
 
 

Bon la déco est un peu surchargée coté figurines, mais mon fils tenait absolument que toutes ses figurines soient présentes pour cet événement.


NB : Pour info, le gâteau était très bon,...enfin je crois

mardi 6 novembre 2012

Leeees charcutiers d'Aurillaaaaa-aaaa-queuuuuu

Bernard Minet lui même, l'avouait, c'est ce qu'il s'amuser à chanter dans les concerts des tournées des Musclés, alors que les fans n'y voyaient que du feu.

Si vous ne connaissez pas les Musclés et Bernard Minet c'est qu'indéniablement vous êtes passés à coté de l'essence même de la chanson française des années 90.

Un peu de culture pour les nuls(Lien inside)



Bref, ce n'est pas des Musclés que je voulais parler aujourd'hui mais des prochaines sorties en matière de Myth Cloth Saint Seiya, avec l'adaptation tant attendue de June du Caméléon, de Myu du Papillon et de Saori en armure divine d'Athéna.
A noter également les éventuelles sorties de la Déesse Eris (sortie de l'OAV "La légende de la pomme d'or") et du Dieu Abel (de l'OAV "Les guerriers d'Abel").
Enfin, une figurine quelque peu singulière car je n'arrive pas encore à déterminer s'il s'agit réellement d'une Myth et surtout de quel cycle elle appartient.


Le guerrier mystérieux
La déesse Eris et sa pomme d'or

Abel





Le surplis du papillon, aux couleurs aussi laides que sa version Die Cast
Teaser d'Athéna