Gens qui se baladent

vendredi 31 août 2012

Sailor on the seventh seas

Treps avait été le 9 999ème visiteur à errer sur le blog. Il en a été grassement récompensé (non, j'déconne) mais du coup j'ai pris la peine d'aller faire un tour sur ce que proposé le Monsieur.

Hé bé ça dépote sec, avec une campagne visant à récolter des fonds pour produire......des figs de gobelins pirates à craquer !!



 Vous pouvez aller faire un tour, et pourquoi vous aussi devenir, comme moi, un investisseur pygmalion : http://www.treps-games.net/

Reprise du boulot

Les vacances étant finies, je me suis remis à peindre hier soir, attaquant la seconde partie de Anton pour mon gang Joker à Eden.

Des images du WIP ce WE surement, peut être même aurais-je le temps de le terminer d'ici là.

En revanche la reprise est difficile, surtout que je m'efforce pour les figs d'Eden de mettre en pratique la technique de peinture apprise lors du cours avec Mohand (palette humide) ce qui me ralentit quand même beaucoup même si le rendu est nettement supérieur à celui de mes anciennes pratiques.

jeudi 30 août 2012

CloudRider

Que vous soyez fan de Heavy métal mélodique ou néophyte en la matière, vous ne saurez résister aux compositions énergiques et envoutantes de ce groupe français qui n'a rien à envier à un Nightwish ou un Rapshody.



Pour les avoir découvert il y a de cela environ deux/trois ans par pur hasard sur Amazon, je dois bien reconnaître que KERION a su très vite se faufiler dans mon top 10 de mes groupes préférés, ce qui n'est pas peu dire.

Les compositions, de la balade mid temp à l'hymne épique, sont portées par une prestation sans faute de ses interprètes, par la voix fraiche de sa chanteuse (dont la distinction du timbre de voix d'avec lesclichés de groupes métal à chanteuse lyrico-mélodique est la bienvenue) et une couleur sonore propre au groupe qui lui donne un charme particulier.

Pour les avoir vu en concert l'an dernier ( la review ici), les transpositions scéniques sont tout aussi réussies, et les membres du groupe d'une simplicité et accessibilité qui donne envie de les porter toujours plus loin, comme le font pour nous leur musique.

Le nouvel album de KERION sort en Septembre, et il est dispo pour pas cher en précommande avec plein de petit goodies (dont l'accès au téléchargement des deux précédents opus). N'hésitez pas, vous ne regretterez pas votre investissement !

LA PRECO C'EST ICI !!



mercredi 29 août 2012

Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir...

Il fallait s'y attendre, suite à la sortie du nouveau très gros livre de règles de Warhammer 40K (V6), arrive pour le 1er Septembre une boîte d'initiation (starter set), à l'image de l'Ile de sang pour son homologue médiéval fantastique.

La boîte, étonnamment sobre car toute noire avec quelques taches de sang, comportera tout ce qu'il faut à savoir : le livre de règle (format A5, version épurée des sections background/modélisme), les gabarits, les reglettes, les dés, les fiches de références, les scénarios et bien sur le point d'orgue : des figurines.

Car GW, ne l'oublions pas, est avant tout un éditeur de figurines, en support desquelles sont crées des règles, et non l'inverse.

Après une V2 opposant des Space marines statiques à des gretchins moches, une V3 opposant des Space Marines sympas à des eldars noirs hideux, une V4 opposant des Space Marines perdus face a des tyranides esseulés au milieu de gros décors, et une V5 opposant des Space Marines couillus à des Orcs customisés ; la V6 nous présente cette fois non pas une faction de Space Marines .....  mais 2 !
(Pour ceux qui ont du mal à suivre, on pourrait se demander si le Space Marine ne serait pas l'emblème et la figure de proue de ce jeu).

Une faction loyaliste, les Dark Angels, et une chaotique, le Carnage pourpre.

Soyons honnête, les figurines, en plastique clipable, sont tout bonnement magnifiques, tant dans leur design que dans leur finesse de détail. Jugez plutôt :

Cultistes du chaos (ou, nouveau gang pour Necromunda)

Seigneur du chaos

Terminators de la Deathwing (ou, nouvelle escouade pour Space Hulk V3)


Astérix revient, et il est pas content !





 Alors certes, le coté gaulois shaman indien des Dark Angels j'ai toujours trouvé ça moyen pour cette faction qui reste toutefois ma préférée parmi les chapitres loyalistes. D'ailleurs le design des Black Templars aurait bien plus collé à ce chapître et son coté chevalerie monastique.

 Pour les chaoteux, les guerriers sont de toute beauté et pourront coller à n'importe quel chapitre pas trop marqué par l'une des quatre puissances de la ruine, et les cultistes apportent un peu d'originalité et de sang frais dans cette armée aux résiduelles tendances bourrines (il feront en outre de bien beaux gangers pour le jeu Necromunda, jeu de micro escarmouches entre gagng des bas fonds dans le même univers).
Le méta brutus vient enfin rendre hommage au concept de dreadnought du chaos, l'ancienne version n'ayant jamais souffert la comparaison même avec un pot de moutarde :

Avant : Version marouflée par Valérie Damido
Après : Nouveau look pour nouvelle vie
 Contrairement à ce que tout le monde à l'air de penser, cette boîte ne sera en rien une édition limitée, et vous pourrez vous la procurer encore dans 4/5 ans sans aucun soucis.
Ce qui est en édition limitée c'est la precommande pour avoir la figurine exclusive du chapelain Dark Angel.

"Y a un supplément de 7€ pour une passe avec moi, baby"


J'ai trois armées à Warhammer 40K (dont une de Dark Angels), je n'en ai jamais fait ne serait-ce qu'une seule partie, mais ...... je suis un FBDMATPC (fan boy de merde à tendances prodigues compulsives) et je me suis mis de coté l'une de ces jolie boîte. En plus, j'ai une forte motivation pour peindre ce chapître chaotique du fait de la lecture du cycle de l'HH. Reste à savoir à quelle légion pré hérésie je vais le rattacher.

Ce qui est marrant c'est que je n'ai découvert l’existence de cette boîte qu'il y a de cela quelques jours, en feuilletant le denrier White Dwarf dans un magasin GW de Londres. Quand j'ai vu les cultistes et le meta brutus j'ai été surpris et enthousiasmé par ces figurines et quand j'ai vu sur la page précédente qu'il s'agissait de la nouvelle boîte de base, j'ai immédiatement su qu'elle serait mienne sous peu (elle l'aurait été immédiatement sur place si elle avait déjà été mis en vente).

Comme quoi, on a beau cracher sur la politique commerciale de GW, cette dernière porte quand même ses fruits (c'est d'ailleurs peut-être parce qu'on craque sans cesse qu'on crache dessus...).

Anecdote du jour : Dans les Games Workshop UK, tous les vendeurs ne sont pas des garçons... oui, oui, il y a aussi des filles !




Attention : famille nombreuse.

Je viens d’achever mon quinzième tome de l’Hérésie d’Horus, le douzième dans la chronologie (et pour lequel  j’ai du attendre la ré édition par la Black Library suite à la rupture de stock de l’édition par la Librairie Interdite).

Un milliers de fils, par Graham Mc Neill.


 La Grande Croisade est a son apogée, et les Thousand Sons sont parmi ses guerriers les plus dévoués. Bien que hautement loyale, la légion de Magnus le Rouge est considérée avec méfiance pour ses pratiques arcaniques : craint par l’Imperium qu’il a juré de servir, le primarque est appelé sur la planète Nikaea pour répondre d’accusations de sorcellerie. Accablé par le sort, Magnus prophétise la trahison du Maître de Guerre, et avertit l’Empereur en faisant usage de ses pouvoirs interdits, poussant alors le Seigneur de l’Humanité a envoyer Leman Russ, primarque des Space Wolves, attaquer Prospero. Mais Magnus a vu au-delà de la traîtrise d’Horus, et ses révélations vont sceller le sort de sa légion a jamais.

J’ai été content de retrouver un enfin un tome intéressant, dans ce cycle en lequel je commençais à ne plus croire.
Un millier de fils se concentre sur la légion des Thousand Sons dans sa période pré-hérésie, contant sa déchéance à force de courtiser les puissances occultes, de la grande découverte par Magnus concernant le Warp jusqu’à l’attaque de Prospero, leur monde natal, par les Space Wolves.
Le récit se fait principalement aux travers des yeux d’Arhiman , et des commémorateurs accompagnant cette légion, qui ne sont pas sans rappeler ceux attachés aux Luna Wolves dans les trois premiers tomes.

Ce livre pourrait être le pendant de « Prospero brûle » mais est nettement plus intéressant (Heureusement.  Il faut reconnaître que les Space Wolves sont vraiment une légion regroupant des Cro-Magnons pseudo vikings à l’ouverture d’esprit aussi large qu’un trou de serrure).
A décharge du tome 15, dont ma critique n’était guère flateuse, le combat et la mise à sac de Prospero, dont je regrettais l’absence dans l’ouvrage de Dan Abnett, sont dans ce tome ci totalement narrés, et les re détailler dans « Prospero brûle » eut, en effet, été redondant.

Le destin des Thousand sons est quel que peu semblable à celui des Word Bearers ; à savoir la quête d’un Primarque pour briller aux yeux de son père face à la condamnation de ces actes par ce dernier. On portera toutefois plus de compassion et d’intérêt à Magnus et à ses œuvres qu’à ceux de Lorgar, qui reste à mes yeux un Primarque fade au possible.

Quelques cross over sont présents dans le livre, avec « Prospero brûle » pour le concile de Nikaea et l’attaque de Prospero, mais aussi avec le tome 2 « Les faux dieux » quant à l’intercession de Magnus pour tenter d’empêcher Horus de franchir la limite qui l’inféodera aux puissances de la ruine.
C’est aussi dans ce tome que pour la première fois on pourra vivre « en direct » l’avènement d’Ullanor et la nomination d’Horus en tant que Maître de guerre.

Bref, un ouvrage agréable à lire et qui redonne de la couleur au cycle.

mardi 28 août 2012

Back in black !

De retour de congé, et plein d'articles dans la besace !

Keep an eye (or two) open !