Gens qui se baladent

lundi 12 mars 2012

Yé suis lé numéro Uno !

Dans l’optique d’une partie prochaine de Rush n’ Crush, je me suis mis à travailler de façon légère dirons nous sur le matériel dudit jeu.

Rush n’ Crush est un jeu de course futuriste, type Formule Dé, mais se déroulant dans l’univers d’AT-43, où chaque joueur dirige un bolide équipé de diverses armes et accessoires ; le but étant bien évidemment d’arriver le premier car il n’y a pas de place pour les seconds.

Le jeu gère la structure des véhicules ainsi que la tenue de route et la surchauffe des moteurs en fonction de la vitesse, mais reste simplifié dans ses mécanismes pour garder une certaine fluidité dans le déroulement de la course. Deux modes de jeu sont d’ailleurs proposé, un mode « arcade » avec des règles simplifiées, et un mode « overdrive », mieux détaillé dans ses explications et légèrement plus complet. Le mode arcade ne sert finalement qu’aux parties d’initiation, et encore, je dirai qu’il permet juste de lire les règles en deux étapes pour mieux les assimiler.

Le point noir de RnC ce sont les véhicules. Les figurines plastiques, en deux éléments à encastrer l’un dans l’autre, sont toutes petites et peu aisée à dissocier l’une de l’autre et à manipuler. En effet, les six véhicules sont identiques (à défaut d’assembler les éléments dans le sens inverse) et de seulement trois couleurs différentes (une par écurie, chacune disposant de deux pilotes).

Pour palier ce problème j’ai donc utilisé deux techniques :
La première : Passer vite fait, et grossièrement je l’avoue, un coup de pinceau sur les véhicules pour mieux les identifier et les distinguer.
La seconde : Implanté un petit bout de trombone dans chacun des véhicules de façon à créer une tige permettant de mieux les saisir et les déplacer. Les tiges ne sont pas toutes de la même taille, mais il s’agit d’un test. Si cela fonctionne bien je mettrai des tiges plus rectilignes et de même longueur (soucis minimum d’esthétique quand même), sinon je les retirerai (tout simplement).

Work in progress

 Le reste du matériel est de bonne facture, le circuit et les tableaux de bords sont constitués de dalle en carton épais joliment décorées, des jetons translucides sont là pour être placés sur les tableaux de bords permettant de lire les informations au travers. Les dalles du circuit sont recto verso et permettent de nombreuses combinaisons, je regrette juste que les virages et courbes soient au verso … des autres virages et courbes. Les fiche des pilotes, en cartons épais également, s’encastrent dans les tableaux de bord des véhicules, permettant le choix entre le Rusher et le Crusher (les véhicules donc) dont dispose l’écurie.
En revanche, la boîte est bien plus grande que le matériel qu’elle contient, une bonne moitié étant occupée par du seul carton d’emballage.

Pour ce qui est du fonctionnement du jeu, j’y reviendrai après la prochaine partie. La boîte éditrice (Rackham) étant désormais en liquidation, le jeu ne connaîtra malheureusement pas de suppléments qui auraient pu apporter de nouvelles dalles, véhicules, écuries, pilotes ou pouvoirs aléatoires à ramasser à la Mario Kart. Le bon coté c’est que le jeu se trouve encore sur certains sites (comme un célèbre site de déstockage) à la modique somme de 10€ ou moins. A ce prix ce serait vraiment dommage de passer à coté.

4 commentaires:

  1. J'adore ce jeu! C'est une bonne idée, les tiges!

    RépondreSupprimer
  2. Je dois reconnaître que ça donne un petit coté "voitures télécommandées" mais c'est bien plus pratique pour les saisir.

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait très autotamponeuse mine de rien x)

    RépondreSupprimer
  4. C'est aussi l'un des buts du jeu de se tamponner la gueule ! Tu vas voir la tienne d'ailleurs dans 15 jours ! héhé

    RépondreSupprimer