Gens qui se baladent

vendredi 23 mars 2012

Do you know the sense of Nemesis ?

"[...] un juste châtiment dispensé par un outil approprié, en l’occurrence moi !" Snatch (Excellent film au demeurant).

J'ai quasiment terminé "Némésis", Tome 13 du cycle de l’Hérésie d'Horus, de James Swallow. 


"Quasiment" parce que la fin de ce livre me fait l'effet d'une sinécure.

Pourtant tout avait bien commencé. Un gros bouquin (j'aime les gros bouquins) qui démarre avec une enquête policière sur des meurtres effectués selon un rituel chaotique particulièrement horrible, se déroulant sur une petite lune, avec en parallèle le déroulement d'une opération secrète menée par l'Officio Assasinorum, destinée à monter un groupe d'assassins de chacun des temples pour mettre fin à la folie du maître de guerre.

Mais, ...ouaip M'ssieur, y a déjà un mais, on retrouve encore une fois les écueils des romans BL, et puis cette fois le gars y est pas allé avec le dos de la cuillère : personnages stéréotypés, action sans aucune originalité (le déroulement de l'aventure se poursuit comme un scénario de tout bon blockbuster américain, sans saveur, ni aucun rebondissement original, prévisible qu'on aurait envie de dire aux personnages ce qui les attends page après page tellement tout était joué d'avance). 
Bon à la limite passe encore le caractère stéréotypé des personnages (on à l'impression de regarder un mauvais film des années 80/90 pour ce qui est de l'enquête policière, et le revival de Carnosaur II pour les pérégrinations des assassins), mais quand vient se rajouter à cela les incohérences flagrantes dans le récit même, là j'avoue que du coup le bouquin devient pénible à finir.

C'est n'importe quoi tout simplement. Pouf pouf, les assassins, qui sont dans le monde de Wh 40K des tueurs conditionnés et sans faille, se trouvent pris dans des luttes sentimentales intérieures qu'auraient renié les auteurs d'un épisode de Creamy (Pompilulu, Sniper magique, Pompilulu, ma soeur fantastique...), la surenchère sur l'équipement des assassins me rappelle une équipe d'aventuriers gros bill de JDR lâchés dans une boutique d'équipement magique pendant les soldes ("Allez allez M'ssieurs Dames !! Les Pistolets à aiguilles supra luminiques +4 vorpal contre les hérétiques à seulement 5 Po !! Profitez en!").
Leur incompétence, malgré ce, est affligeante : pas foutu de voir qu'un Space Marine standard n'a rien à voir coté physionomie avec son Primarque, ... ce sont des assassins super entrainés, super briefés sur leur cible, et ça confond un hamster et un cheval ?
Et puis 200 pages à se demander qui peut bien être leur cible pour nécessiter une opération aussi inédite (qu'invraisemblable) au moyen de réflexions profondes comme : "Mais alors ce serait...??", "Cela voudrait-il dire que....???" "Nani ? Nandato !?" . Mmmmmm, je sais pas moi, y a le fils préféré de l'Empereur qui y a deux ans s'est rebellé contre ce dernier en massacrant des millions voir des milliards d'innocents, il avance clairement vers Terra pour péter la gueule de son père et prendre sa place, seule sa mort pourrait l’arrêter (oui y a quand même une certaine logique), Mmmm, on nous réunit, nous, 6 assassins, les meilleurs de chacun de nos temples pour une opération top-top-top-top-secrète pour une cible mystère, Mmmmm, je crois que je vais appeler un ami Jean-Pierre...). Bref c'est un croisement de Mission Impossible avec la réflexion élevée d'un chevalier du zodiaque.

Mais ce qui m'a fait basculer, c'est ce passage où le Vindicaere prend place sur le meilleur point de tir de la ville, calculé et indiqué par son acolyte d'un autre temple. Il prend place et se dit que, oui, effectivement c'est le meilleur point de tir. Alors du coup, réflexe logique, il se casse pour prendre place ailleurs ! (hé oui parce qu'il se dit que si l'autre naze se fait capturer avant qu'il n'ait pu tirer, les vilains pourront pas connaître son emplacement réel s'ils le font parler). Ce qui est logique, quand vous avez une super cible à abattre il vaut mieux prendre du second choix que la top qualité. Mais quand la grognasse qui les accompagne se balade camouflée sur la grand place, se tourne vers la position du Vindicaere et lui fait un signe comme quoi tout est OK... Mais... comment elle sait qu'il a changé de place et qu'il est là où il est pas censé être ?!!!! Ajoutons à cela que le canon du Vindicaere est réglé sur une sorte de canon géant (très discret et facilement dissimulable, je comprends qu'il ait craint que l'autre naze risqua de se faire prendre), censé s'accorder sur son fusil pour arriver à faire passer son rayon  dans le sillage de la balle au travers du bouclier personnel de la cible, moins de deux millisecondes après, soit avant que le bouclier ne se régénère......Mais comment c'est possible ça si ce crétin il a changé de place, l'autre il devrait s'être tapé des heures de programmation pour rien !

Et puis c'est pas très clair toute cette histoire. D'un coup on nous dit qu'Horus veut faire de cette lune un repli stratégique dans sa conquête de Terra. Puis, comme le système s'est rallié à lui nos assassins comprennent qu'il n'a plus besoin d'y venir, alors pour l'attirer il se décide à faire évoluer la guerre civile et à aider la rébellion pour qu'Horus soit obligé de venir en personne (oui, parce que les symboles auprès d'une population pour un mec devenu une ordure chaotique ça reste très important, faudrait pas que Voici et Closer commencent à déblatérer sur lui). Le gars il vient avec toute sa flotte (son planning devait être free ce jour là) sur une lune de merde, qui n'a aucun intérêt stratégique puisqu'il se décide au final à la bombarder comme un porc ! Et dans tous ces événements dramatiques nos Assassins se questionnent sur le fait que, quand même, il va y avoir des morts, des gens manipulés et déçus à cause d'eux, parce qu'ils les auront sacrifiés pour la cause, alors nos assassins se payent le luxe d'avoir des remords et de remettre en cause leur mission....Mais où on va là ? C'est un roman Warhammer 40K ou Horus chez les Bisounours ?
J'en viens presque à craindre qu'à la fin du livre on ait droit à une leçon de morale comme à la fin des dessins animés des années 80 : "Bonjour les enfants, dans ce roman nous avons vu que les assassins avaient sacrifiés quatre prolétaires impériaux dont tout le monde se fout, pour pouvoir tuer un grand méchant et sauver l'humanité tout entière. Mais attention, ne faites pas ça chez vous car ce n'est pas bien, les pauvres prolétaires seraient tristes et vous perdriez des amis...ce qui en soit n'est pas bien grave car tout le monde crèverait dans ce cas sous les assauts chaotiques du méchant, mais on est plus à une incohérence près. Au revoir, à bientôt !".

Ce livre est une merde. Il se lit très vite malgré ses 490 pages,parce qu'il vous fait le même effet que de végéter dans votre canapé en regardant d'un œil bovin et distant le dernier nanar de Steven Seagal, sorti direct en vidéo.

Si on résume l'Hérésie d'Horus à ce jour, avec le recul, je dois bien avouer que c'est franchement pas glorieux. Mon enthousiasme commence à me faire l'effet d'un soufflet raté car les derniers tomes lus sont, avouons le, mauvais.
Alors certes je ne dis pas que tout est à jeter, car je prends plaisir généralement à lire ces livres sur le coup, plongeant dans un univers que j'aime beaucoup, et qui nous dévoilent des facettes inconnues. Mais de grâce, arrêtez la production surnuméraire pour vous concentrer un peu plus sur la qualité.

- Tome 1 & 2 : "L’ascension d'Horus & Les faux dieux" : De bonne facture, agréables et intéressants.
- Tome 3 : "La galaxie en flammes" : Ça baisse un peu en qualité mais ça clôture un cycle dans le cycle.
- Tome 4 : "La fuite de l'Eseinstein" : C'est mauvais (Ha ben tiens, c'était déjà James Swallow...)
- Tome 5 : "Fulgrim" : Bon livre, même si je regrette cette histoire de l'épée moisie et le conciliabule entre primarques dont le niveau de réflexion équivaut à peu près à celui de Oui-Oui
- Tome 6 : "Le retour des Anges" : Intéressant si vous aimez le fluff spin off, mais pas transcendant.
- Tome 7 : "Légion" : Sympa, j'ai bien aimé le coté opération tempête du désert et le coté CIA de l'Alpha Legion.
- Tome 8 : "Mechanicum" : Sympa également. Une agréable plongée sur Mars de puis Total Recall
- Tome 9 : "Chronique de l'hérésie". A tout bien y réfléchir, quand on pèse le pour et le contre, c'est de la merde, que ne sauvent malheureusement pas les première et dernière nouvelles.
- Tome 10 : "Les anges déchus" : Seulement si vous avez aimé le tome 6. Sinon c'est bien long pour le résultat, et au final pas très intéressant.
- Tome 11 : "La bataille des abysses" : De la merde encore.
- Tome 12 : "A thousand sons" : Ben je vous dirai quand je mettrai la main dessus...
- Tome 13 : "Nemesis" : Vous l'aurez compris... (sinon, voir Tome 11).

Bon ben j'espère que le tome 14 "Le premier hérétique" relèvera le niveau (je dois avoir un petit coté masochiste, parce que malgré ce je persiste à continuer. Mais bon, le bouquin est le plus gros de la série à ce jour, et plus c'est gros plus ça me donne envie) sinon je pense que je mettrai fin à la grande croisade avec le dernier tome en ma possession, qu'est le Tome 15 "Prospero brûle".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire