Gens qui se baladent

mercredi 4 janvier 2012

7 !! J'en ai eu 7 d'un coups !!

A la différence du petit tailleur, il ne s'agit pas ici de mouches mais du nombre de livres du cycle de l'Hérésie d'Horus que je viens de tomber en un mois et demi. Comme quoi c'est quand même prenant.
Je viens donc de finir LEGION, de Dan Abnett.



Comme je l'ai déjà écrit, Dan est mon auteur préféré de la librairie interdite, car il est à mes yeux celui qui sait le mieux comment s'approprier ce monde pour créer des enquêtes avec une certaine profondeur sans que ses écrits ne ressemblent à un catalogue de la terminologie de Games Workshop.

J'ai eu du mal à le trouver ce livre là, car il n'était pas disponible sur LudikBazar dans sa grande opération de déstockage, et restait désespérément épuisé ailleurs (Il doit être ré édité en Avril prochain). Heureusement une librairie en ligne belge est venue à mon secours, et je n'ai pas eu à couper ma grande croisade lectorale (oui je sais, ce mot n'existe pas).

Des critiques lues sur cet ouvrage, il ressort que la plupart des lecteurs ont été déçu. Ce livre est en effet censé être consacré à l'Alpha Légion, mais celle-ci ne joue au final qu'un rôle mineur dans le déroulement de l'histoire, cette dernière se déroulant au travers de personnages de la Garde Impériale, provenant de régiments à la structure et au fonctionnement qui ne sont pas sans une certaine originalité.

Et pourtant, l'Alpha Légion c'est un peu la CIA des Astartes, peu nombreux à frapper, rois de l'intrigue et de la manipulation, évoluant en furtivité dans tout environnement et recrutant des yeux et des oreilles hors Astartes pour les disséminer un peu partout dans toutes les structures.
Même s'il ne s'agit pas là du meilleur Abnett, on sent indéniablement sa patte dans la construction du récit qui rappelle un peu celle des certains tomes des Fantômes de Gaunt (notamment la seconde partie du cycle de la sainte).
Le final est en outre particulièrement intéressant, avec même un soupçon d'originalité. En tout cas, bien que présente en filigrane tout au long de l’histoire, on découvre le caractère caché de cette Légion méconnue, ainsi que le fondement de sa motivation pour les millénaires futurs, qui nous est servi de façon bien moins grossière et manichéenne que pour les Emperor's Children (Roman Fulgrim) ou les Dark Angel (Roman Le retour des anges).

Allez, ne perdons pas de temps et attaquons le Tome 8 ! Pour l'Empereur !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire