Gens qui se baladent

jeudi 29 décembre 2011

Evolution du blog

Quelques ajouts et légère refonte de la mise en page :
- Vous pouvez désormais cliquer au bas de chaque message si vous souhaiter que le sujet abordé soit traité plus souvent ou plus en détails dans le blog
- Ajout d'une barre de recherche rapide dans le blog.

En attendant de finir les socles d'Elena et Iegveni, c'est Anton, toujours du starter Jokers pour Eden, qui a eu le privilège (ou la punition) de passer sous mes coups de pinceau. A cette occasion j'ai, un bref instant, ré utilisé l'un de mes pinceaux GW, et j'ai pu constater quelle horreur c'était maintenant que j'ai découvert les pinceaux aux poils de martre.
En revanche, l'évolution d'Anton risque d'être assez ralentie en raison du froid sibérien qui règne désormais en maître dans ma caverne le soir.

En attendant, de bonnes fêtes de fin d'année à vous !

mercredi 28 décembre 2011

L'Hérésie d'Horus







Ça faisait un moment que ça me faisait de l’œil, alors je me suis lancé dans la lecture du cycle de l’Hérésie d’Horus chez Librairie Interdite (et repris depuis par la Black Library).

J’ai longtemps hésité sur les romans se déroulant dans l’univers de Warhammer 40K, craignant d’avoir au final entre les mains un mauvais roman de gare.

Autant ceux se déroulant dans l’univers de Warhammer Battle ne me tentaient nullement (l’univers n’étant guère original, bien que développé, car compilation de différents univers med fan), celui de 40K offrait un monde de SF beaucoup plus riche à mes yeux, et à fort potentiel de développement, ne serait-ce que par l’étendue de son théâtre d’opération (l’univers entier) et la longue période à couvrir (plusieurs dizaines de millénaires).
Ayant lu beaucoup de bien des cycles des Fantômes de Gaunt écrit par Dan Abnett, j’avais donc commencé à acheter le premier bouquin qui, à ma grande surprise, m’avait ravi. J’ai enchainé avec le cycle complet, puis le suivant, puis le suivant encore. Ce n’est pas ce que j’appellerai de la grande littérature, bien qu'à mon sens au dessus de certains écrivains dont la renommée est plus grande (comme david gemmel par exemple), mais j'avoue avoir passé d'excellent moments à dévorer ces bouquins, et après tout, n’est ce pas là le principal ?
J’ai ensuite enchainé avec les trilogies "Eisenhorn" puis "Ravenor" (cette dernière restant à mes yeux mon cycle préféré), et qui retracent les enquêtes de deux inquisiteurs et qui nous font découvrir ce que j’appellerai la vie courante sur différents mondes de l’Imperium, dont on ne sait au final pas grand-chose.
Dan Abnett est, à mon sens, l’auteur qui a su le mieux s’approprier l’univers de 40K pour y inscrire des intrigues politiques et policières,  comme s’il avait crée cet univers pour ses intrigues et non l’inverse.
Et comme c’est lui qui a écrit le premier tome de l’Hérésie, il n’y avait là plus qu’un pas à franchir.

Les trois premiers tomes de l’HH forment un cycle à part entière, qui nous fait découvrir la vie de la légion des Luna Wolves, dont le primarque n’est autre qu’Horus, de l'accession de ce dernier au poste de Maître de Guerre jusqu'à sa déchéance et son ralliement à la cause du Chaos.
Le problème majeur du cycle de l’HH, vient du fait que chaque tome est ensuite écrit par un auteur différent, même si certains d’entre eux sont récurrents. Bien que la différence de style ne choque pas, je regrette en revanche la facilité, voire la grossièreté du dénouement de certaines situations majeures, notamment en comparaison de celui d’intrigues secondaires qui se fait avec plus de subtilité.
Là où Dan Abnett laissait les marques d’un Horus fort et puissant mais rongé par le doute et un sentiment d’abandon et de ressenti envers la figure paternelle de l’Empereur, les auteurs suivants, notamment Ben Counter, ont préféré privilégier l’action et la corruption directe par un démon  au développement psychologique  qui aurait de toute façon vraisemblablement amené Horus à se rebeller sans avoir besoin d'aide extérieure.

Les tomes suivants reprennent quant à eux la genèse et l’évolution de cette rébellion au sein des autres légions. "La fuite de l’Eseinstein" (tome 4) forme une sorte d'épilogue au premier cycle tout en assurant le lien avec la suite ; on y retrouve une dernière fois quelques un des personnages de la trilogie initiale. Le style manque ici d'un peu de fluidité, et l'auteur n'a pas su rendre l'ambiance de huis clos oppressant à hauteur de ce que l'on aurait pu en attendre.
Puis "Fulgrim" lance un nouveau départ dans la saga, premier tome entièrement consacré à une autre légion d'Astartes, avec le basculement de cette honorable armée recherchant l’excellence dans l’art, vers sa soumission à Slaanesh. Là encore, autant la décadence et la déchéance des personnages secondaires sont particulièrement bien amenées, autant celle du Primarque est grossière (Et vas y que je m’empare d’une arme xenos. Ha tien, elle est possédée, ha ben ça y est je suis un vilain maintenant), notamment lors de son conciliabule décisif avec Horus, où Fulgrim prend un position radicalement opposée à celle de son frère, pour se rallier à lui en deux phrases, sans réel motif, ni cheminement psychologique (attention, le livre n'en est pas moins l'un des meilleurs de la saga).

Ce n’est que dans le retour des anges que les questions fondamentales se posent au lecteur, sans que le Chaos ne vienne tout justifier à coups de baguette magique. Ces Astartes, ces conquérants de l’Univers, cet Empereur, sont-ils vraiment la lumière qu’ils prétendent apporter ?
L’Imperium, déjà à cet époque, est une machine fanatique et aveugle, qui opère une répression intolérante et sanglante sur tout système qui ne veut pas se fondre au sien, mettant à bas et piétinant des millénaires d’histoire, de traditions et de cultures sans aucun ménagement, au seul nom de l’Empereur dont la glorification extrême n’a pourtant pas le droit de s’élever au culte de la personne et encore moins à la déification.
Au final, même si on s’attache à ces personnages, on se retrouve face à deux factions plus ou moins similaires : des fanatiques xénophobes et auteurs de multiples génocides au nom de « ce qui est juste », et des fanatiques xenophobes, auteurs d’atroces boucheries au nom de « ce que les autres disent être juste ne l'est pas ». La seule nuance reste le moyen par lequel ces deux factions tendent à atteindre leur but.
Pour en revenir au cycle de l’HH, on a là une merveilleuse saga pour découvrir la genèse et le déroulement de l’événement majeur qui marquera à jamais l’histoire de Wh 40K (à cette époque c’est plutôt Wh 30K d'ailleurs), avec du très bon, du bon, du moins bon et un peu de franchement pas terrible. Mais mon sentiment sur cette série est pour le moment positif ne serait-ce que pour l’immersion immédiate dans les détails et la vie au sein de cet univers particulièrement riche et pourtant méconnu.
[A noter que je n’ai lu pour le moment que les six premiers tomes de la saga].
Concernant les livres en eux-mêmes, je regrette que les nouvelles éditions depuis la reprise de la licence par BL, n’intègrent plus aux ouvrages le petit marque page personnalisé à chaque livre. Au moins ont-ils conservé approximativement la même maquette.

jeudi 22 décembre 2011

WIP : Ievgeni II



Noël avant l'heure

Un colis de chez Ludikbazar ce matin, c'est un peu Noël avant l'heure :

- Bombe de vernis mat Army Painter
- 3 Figs EDEN Jokers (Bogdana, Irina, Stipan)
- 1 Perçeuse à main supplémentaire
- 2*5 socles de chez Micro Art Studio pour mes Jokers
- L'Omnibus Ultramarine de Graham McNeil
- Tome 11 de l'Hérésie d'Horus

J'ai pu finir Iegveni hier soir, mais au moment de coller la jambe droite, l'horreur ! Y a un jour d'un demi millimètre que je n'avais pas vu avant. Du coup j'ai comblé l'interstice avec la green stuff en pot de chez GW, ce qui m'a amené à sculpter au pinceau un petit bandage au niveau de la jonction sous le genou.
Ça m'aura donner l'occasion de tester ce nouveau produit, qui est pour moi plus aisé à manipuler que la green stuff en pâte, du moins pour ce qui est des petites retouches sur un produit déjà peint. 

Malgré la réception des socles, et les pleurs désespérés de mes figurines qui demandent à avoir autre chose qu'une tige dans le pied pour se poser, je ne pense pas avoir le temps de retoucher à mon atelier avant, ni pendant, ce WE de fêtes.

Coté bouquins, avec ce déstockage de Librairie Interdite je commence à accumuler pas mal de stock. Il me manque toujours le Tome 12 de l'HH (Un millier de fils), mais j'ai de quoi m'occuper jusque la ré édition prévue en Juin prochain, si d'ici là j'ai fini les 6 tomes qu'il me reste encore à lire de cette série (ce qui ne devrait pas être trop difficile vu mon rythme de lecture en ce moment).

NB : J'ai modifié l'interface du blog pour une meilleure lisibilité, et pour atténuer le coté austère dont il était marqué.

Un joyeux Noël à tous et de bonnes fêtes de fin d'année à vous !

lundi 19 décembre 2011

Mardi gras au 40ème Millénaire

Il est rare de trouver de bons cosplay de Warhammer 40K, mais j'ai trouvé ceux là au hasard du Net, sur un forum dont j'ai oublié le nom (Vox Ludi peut être) : 











La redoutable ombrelle énergétique !


Voilà une sœur repentia qui donne envie de passer à confesse...








Fan boys absolus :



Quant à celui-là, il n'a pas de rapport avec Warhammer 40K, mais il m'a bien fait rire. Comme quoi on a pas besoin  de beaucoup d'accessoires pour faire un bon cosplay !



Joyeux anniversaire !

Et voilà, cela fait un an que Bronze de Nain version internet a vu le jour !

Merci à vous tous !

(NB : Je ne m'appelle pas Oscar, et je n'ai plus 10 ans depuis longtemps....)

samedi 17 décembre 2011

WIP : Ievgeni

Figurine basée : 


On attaque par la peau :






J'ai fini la peau, la collerette et le masque ce soir, mais n'ait pas encore pris de photo.

Tagada tagada, voilà les Dalton !

Petite sortie au stand de tir aujourd'hui.

J'ai tiré avec ça : 

Deringer - Colt 38 - Smith & Wesson 44 Magnum - Remington 44
En gros, je me suis refait l'assassinat de Lincoln, "Le bon la brute et le Truand" et ... Police Academy ?

Mais y a pas à chipoter, quand vous avez ça dans les mains vous vous sentez pousser des burnes ! 

vendredi 16 décembre 2011

Previews

Les sujets des posts à venir quand j'aurai le temps de les rédiger, que je mentionne pour ne pas oublier de les écrire et me motiver à le faire :

Eden :
- Fin de la peinture de Elena.
- Work in progress de Ievgeni.

Musique :
- Bande sonore officielle de Warhammer 40K.

Lecture :
- L’Hérésie d'Horus chez Librairie Interdite.

mardi 13 décembre 2011

Boney M

Reprise des travaux de peinture depuis le stage avec Mohand. Voici deux photos de mon work in progress actuel sur la première figurine de mon starter EDEN, faction des Jokers.

C'est également un premier essai de NMM (non metallic metal pour les profanes, technique qui consiste à peindre le métal sans utiliser de peinture à base de pigments métalliques).

Y a encore du boulot, mais je dois reconnaître que j'apprécie beaucoup de peindre selon cette "nouvelle" technique (je parle de la technique en général, pas que du NMM).

Figurine basée : 


Work in progress :

mardi 6 décembre 2011

Alice ça glisse.

Voici les photos de la figurine sur laquelle j'ai travaillé durant le stage.

Il faut bien considérer que la figurine est loin d'être finie et qu'il s'agit d'un support de travail. Le NMM n'a pas encore été effectué (juste la couche de base), seulement la peau et le tissu pour le moment (les brassières n'ont plus n'ont pas été attaquées).







lundi 5 décembre 2011

Oui-Oui et le pinceau magique

Le Week-End dernier j’ai fait mon petit paquetage et m’en suis allé suivre l’un des stages de peinture sur figurine que propose Mohand, Peintre émérite, connu notamment pour son travail sur la galerie officielle de EDEN.

Le stage s’est déroulé sur Montpellier, dans les locaux de l’Association TERRA LUDIS, sur deux jours.
A peine l’annonce du stage repérée que j’avais déjà posté ma candidature, car cela ne pouvait que m’enrichir de prendre des cours auprès d’un maître en la matière, d’autant que les sujets abordés étaient notamment le traitement de la peau, des tissus et du métal NMM.

Ce stage fut un réel plaisir, bien que le fait de ré apprendre tout depuis le début n’est pas forcément évident quand on est bardé de mauvaises habitudes ou de techniques visant la facilité.
Ici, point de badigeonnage à grand renfort de Devlan Mud ou d’éclaircissement automatique de la moindre arrête ! Non, on apprend à diluer et pousser la peinture pour fournir des éclaircissements, ombrages et nuances naturels, et toujours avec le même pinceau.
Inutile de vous dire que le résultat, ou plutôt la différence de résultat est impressionnante, mais nécessite une grande patience, ce qui est loin, loin, loin d’être mon point fort.

Nous avons eu en outre le privilège de travailler sur l’une des figurines de la nouvelle faction du jeu EDEN, Resistance, en avant première.

S’il m’est certes difficilement concevable d’appliquer toutes les techniques apprises durant ce stage (et plus ou moins bien maîtrisées), à chacune de mes futures figurines, j’ai toutefois pu acquérir de nouvelles notions et vision de la peinture sur figurine, qu’un tuto seul, même s’il reprend pas à pas ce que l’on a étudié, ne peut apporter avec la même efficience.

L’organisation du stage en lui-même était parfaite, et Mohand, outre son statut de peintre professionnel, est une personne plus que sympathique et qui sait vous transmettre son savoir avec beaucoup d’humilité et d’humour.

Dieu sait que j’ai quand même un peu honte désormais de ce j’ai posté avec fierté comme figurines dans la galerie de ce blog, alors si vous en avez l’occasion (Mohand dispensant des stages un peu partout en France selon ses déplacements), n’hésitez pas, vous ne regretterez ni le déplacement ni les moments magiques que vous y passerez.