Gens qui se baladent

mardi 8 novembre 2011

Un jeu de carte pour tous, dans les ténèbres, les lier.

Dans mon dernier craquage se trouvait notamment :

LE SEIGNEUR DES ANNEAUX - JCE
 

Qu'est ce que JCE peut bien vouloir dire ? Hé bien cela signifie : Jeu de cartes évolutif. Cela fait opposition aux jeux de cartes à collectionner comme Magic et ses multiples dérivés, où l'on se constituait une collection en achetant des cartes à l’aveuglette, sans savoir ce que le prochain booster nous révélerait,  où les raretés s'arrachaient à prix d'or.

Le principe du jeu de carte évolutif est qu'il n'y a pas de degré de rareté ni de cotation des cartes, car on sait exactement ce que l'on trouvera dans son extension / boîte de base puisque ce sont les mêmes cartes pour tout le monde.

Le principe du SDA-JCE est de jouer seul ou à deux, mais alors en coopération en essayant de venir à bout d'un scénario défini avant que le niveau de menace cumulé le long du jeu n'atteigne un seuil fatidique (réussir des actions vous fera avancer dans votre quête, voir baisser votre seuil de menaces, échouer l'augmentera).

Pour ce qui est de la boîte de base, on a la tout le savoir faire de chez Edge/FFG avec une belle boîte en carton dur filoché, carrée et de taille moyenne (Talisman, The Adventurers, et c...).

A l'intérieur, deux planches cartonnées pour les pions de blessure/progression/ressource, deux paquets de 113 cartes chacun format carte de jeu standard, et un livre de règles en papier glacé couleur (ainsi que 4 petits pions plastiques pour le montage des compteurs de menace).

Du beau matériel, de bonne facture.


Il est à noter que le jeu se déroule pendant les décennies écoulées entre les départs de Bilbo suite à la fête de ses 111 ans et celui de Frodon pour sa quête. On évite ainsi l'écueil des événements maintes fois rabâchés dans tous les styles de jeux (de rôle, vidéos, de plateaux, et c...) et que l'on connait tous par les livres ou les films.
Les illustrations des cartes sont des dessins originaux qui rappellent l'ambiance du jeux de rôle des années 80, évitant la copie des images des films, ou la reprise d’illustrations connues ; bref, que du neuf avec en sus une petite citation tirée de l'un des quatre bouquins au bas de chacune d'elles. Je n'ai pas vérifié si elles étaient toutes du même dessinateur (les illustrations, pas les citations...) mais l'ensemble reste suffisamment harmonieux pour ne pas choquer ou aboutir à un jeu disparate.

Ce n'est pas sans une certaine appréhension que je me suis attaqué à la lecture des règles, car celles-ci débutant par la description de chaque type de cartes (environ une dizaine) et par l’énoncé de pas moins de 7 phases de jeu, je me suis laissé allé à un sentiment de déception, craignant de me retrouver face à des règles trop complexes ou trop lourdes.

Que nenni, la rédaction est claire et aérée, et la lecture est agréable et agrémentée d'exemples détaillés qui nous laisse penser dès la fin de la première lecture que l'on a tout compris et enregistré (bon, en fait faut toujours lire les règles d'un jeu deux fois, même si on pense avoir tout compris de suite - C'est une règle d'or).

Passons maintenant à la pratique. N'ayant pas de joueurs immédiatement disponibles sous la main (Il est 22h, en semaine, et Madame préfère regarder Michel Cymes sur France 5), je me suis attaqué au jeu solo (qui ne diffère en rien de celui à deux, sauf que vous êtes tout seul...).

Voilà d'ailleurs un point qui est agréable, le jeu solo ne diffère en rien du jeu à plusieurs dans le sens où la difficulté est automatiquement régulée en fonction du nombre de joueurs pour ce qui est du nombre de cartes à piocher ou d'effets à appliquer. Trois scénarios à difficulté croissante sont également proposés.

Pour nous aider, quatre decks différents sont pré constitués (basés chacun sur une caractéristique : Tactique, Commandement, Connaissance, Énergie). J'ai commencé avec la sphère Tactique, qui comprend notamment comme héros Legolas et Gimli.

Le premier tour de jeu, ainsi que le second, se font avec le livre de règles dans les mains, puis après ça roule tout seul.

Et là je me suis heurté à un problème plutôt ennuyeux. Car, sauf erreur flagrante de ma part (que je n'ai toujours pas relevée), le jeu en sphère tactique ne permet pas de gagner ne serait-ce que le premier scénario ! En effet, le niveau de volonté cumulé des héros culmine à 5 (aucune carte du deck ne permet de l'augmenter) et il est nettement insuffisant pour surmonter le niveau de menace des cartes dans le cheminement (Ce qui est apparemment un problème récurent à cette sphère après visite sur le forum de chez Edge).

Mouais, bizarre ça. Bon, ne nous décourageons pas, je recommence cette fois avec la sphère Énergie. Haaaaaaa, déjà avec une Eowyn qui possède à elle seule 4 points de volonté et des alliés également qualifiés en la matière ça va tout de suite beaucoup mieux. Avec l'habitude, les tours s'enchainent de plus en plus vite, car on toujours hâte d'être au suivant pour avancer encore et encore.
J'ai gagné avec assez de facilité cette fois (bon d'accord c'est un scénario d'introduction, niveau 1 en difficulté, mais quand même :-) ), bien que ma victoire soit légèrement grevée d'une erreur d'application des règles dans les phases de combat...(Je vous l'avais dit qu'il fallait toujours relire les règles avant de jouer).

On a donc là un jeu prenant dès sa mise en place. Mais il est clair que son intérêt va réellement exploser avec l'ajout de quelques extensions permettant de construire des decks personnalisés et plus complets que ceux exploitables avec la seule boîte de base, en veillant toutefois à ne pas se laisser déborder par un surnombre de cartes.

Ce jeu m'a enthousiasmé, car simple et rapide à mettre en place et prenant. Et acquis pour un prix raisonnable (30,00 € pour un jeu de cette catégorie) voilà un investissement que je ne regrette pas.

Le lien sur  TRICTRAC
Le forum du jeu sur le site de l'Editeur : Forum SDA JCE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire